AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'OUBLIEZ PAS LE RECENSEMENT MES LAPINS !!
N'OUBLIEZ PAS DE RECENSER VOTRE AVATAR DANS LE BOTTIN PLEASE.
LA 1ERE PHASE DE LA MAJ A ETE FAITE : VENEZ EN PARLER ICI.

Partagez | 
 

 Nam Su Yeol ➝ Baby give me xoxo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HEY BABY, THIS IS
Nam Su Yeol
I'M BORN : 14/01/1991
ÂGE : 27
HERE SINCE : 19/08/2015
MESSAGES : 15
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mer 19 Aoû - 15:40


Nam Su Yeol
ft. Kim Jong In (Kai).
© Tumblr.
I just wanna make you love me.

Hey les p’tits gars (mode pingouin de madagascar), j’me présente juste pour un sourire. On dit que je m’appelle Nam Su Yeol (et retiens-le bien) mais vu qu’tes trop chou babe tu peux m’appeler sexy animal Kai parce que ça fait plus english tu saisis ? Il paraît que je viens de Californie, la classe hein ? Je suis d’origines coréenne et américaine et j’suis carrément le plus sexy du haut de mes 24 ans, et accessoirement je suis né le quatorze janvier mille neuf cent quatre vingt onze. Dans la vie je suis mannequin c’est pourquoi ma situation sociale est plutôt confortable parce que l'argent fait mon bonheur. Evidemment côté cœur je suis du genre difficile à avoir et niveau sexualité la voie de la sagesse me dit que je serai mieux avec moi-même. Oh, au fait j'voudrais faire parti des wicked sir !


amical agressif autonome dépensier beau dragueur charismatique égoïste observateur franc   curieux immature ouvert d'esprit indomptable patient joueur sérieux mystérieux sportif solitaire talentueux têtu



Deep Breath
Si Su Yeol était très branché nanas à l'époque, aujourd'hui, il teste les mecs, et se sent même plus à l'aise avec eux. Mais attention, c'est lui qui domine.

Su Yeol fume. Pas comme un pompier, mais juste pour se donner un air cool. Il en ressent parfois le besoin, mais s'il ne peut pas, il ne va pas en mourir.
Il a aussi la mauvaise habitude de ne fumer que la moitié (et encore), tout simplement parce qu'il n'est pas capable de la terminer.

Il ne boit et mange que des cochonneries, bouffe comme un gros porc, mais ne prend pas un gramme.

Il aime la danse, et s'il n'en pratique pas une fois tous les deux jours, il pète un câble. Il sera désagréable, voire même pire que ça, et le staff qui le prend en photo le saura parfaitement, ne se demandant même plus pourquoi il est d'humeur massacrante. Ils ont l'habitude, parce que parfois, son emploi du temps ne lui permet pas de faire ce qu'il veut. La danse, c'est pire qu'une drogue, s'il n'a pas sa dose, c'est la crise.

Lorsqu'il danse, si quelque chose ou quelqu'un le dérange, il faut que ce soit pour une bonne raison, parce que sinon ... Ce sera très moche à voir.
Il a horreur d'être interrompu quand il peut pratiquer sa passion, il considère que c'est son seul moment à lui, loin des projecteurs, loin des fans, loin des curieux.

Son surnom de mannequin, c'est Kai, mais comme toutes célébrités, tout le monde connaît sa véritable identité. Malgré ça, lors d'une interview, il a demandé à ce qu'on ne l'appelle pas par son vrai prénom si jamais on le croise dans la rue. Ses fans ont respecté ce choix.

Lors de cette même interview, il a déclaré au monde entier qu'il ne refuserait jamais de signer des autographes si on le lui demandait. Il a ajouté que s'il est en compagnie de quelqu'un, il aimerait plutôt qu'on le laisse tranquille, parce que c'est difficile d'être une star et d'avoir un entourage.

Récemment, il s'est fait percé les oreilles. Mais il ne met des anneaux que lorsque les photos exigent un certain style.

Il aime essayer toutes sortes de vêtements. C'est d'ailleurs ce qu'il aime dans son métier : les vêtements, les accessoires, et qu'on prenne soin de lui. Qui n'a jamais rêvé d'être considéré comme une pierre précieuse ? Comme un roi ?

La pluie est le temps qui lui permet d'oublier et de se souvenir à la fois. Mais lors de ses jours-là, il ne sera pas comme d'habitude. Plus fermé, moins souriant, comme une coquille vide. Il aime la pluie, quitte à tomber malade, il restera en dessous. Il considère que ce sont les larmes qu'il ne parvient pas à faire couler sur son visage.

Il a un chat depuis peu de temps. Une petit boule de poils qu'il aime avoir près de lui dans tous les cas. Il dort souvent avec lui, au dessus de sa tête ou toujours collé à ses formes. Son chat est un Persan, et s'appelle Milka. Il a un surnom débile en fait, qu'il connaît mieux que son nom officiel : Piou Piou. VOIR ? || ENCORE ?

Il change souvent de couleur de cheveux. Il les a déjà eu blancs, noirs, bruns, châtain, même roses mais étant une star, personne ne s'en étonne.

Lors d'une interview dans laquelle il devait parler de sa famille, il a répondu "Mes parents sont morts quand j'avais 8 ans dans un accident. Ensuite j'ai été obligé de vivre avec une tante éloignée, son mari et son fils. C'était une famille sans grande importance."

Love me right
Quelle est ta couleur de string préférée ? Il est plus boxer féminin que string ... Quoi que chez les mâles, les boxers montrent plus les formes qu'il y a dessous ... Le noir et le blanc restent ses couleurs favorites
Quelle est ta boisson favorite ? Nestea is life babe
T'es du genre day ou night ? Quelle importance, sa vie est tellement décalée ...
Si t'étais un Super-Héros, tu serais ? Être Spiderman lui donnerait le vertige. Être Superman le rendrait ridicule. Être Iron Man cacherait son visage. Si il était un Super-Héros ? Lui-même.

Mon caractère : Amical
Kai n'est pas quelqu'un de froid, ou de distant. En fait, c'est plutôt quelqu'un vers qui on a tendance à aller, parce qu'il est souriant et souvent joyeux. Il attire les gens comme des abeilles sur une fleur et cela lui plaît assez parce qu'il aime être entouré.

Agressif
Dés qu'il ne peut pas danser, qu'il est en manque tout simplement, il devient agressif et insupportable. Rien ne le satisfait, il n'y a rien qui va, et les photos ne sont pas à son goût. Il devient alors très dur avec lui-même mais en vérité, tout le monde en patit. Il n'est pas rare qu'il agisse de façon totalement indifférente le lendemain, parce qu'il aura pu danser un peu. Il n'ira pas s'excuser non, parce qu'il ne pense pas mal faire. Pour lui, il ne s'en prend qu'à lui-même sans que ça n'atteigne les autres.

Autonome
Depuis tout petit déjà. Il ne comptait que sur son père, bien qu'il ne le voyait que le soir lorsqu'il rentrait du boulot. Sa mère prenait soin de lui en ce temps-là, mais ce n'était pas pareil, il était déjà débrouillard et savait ce qu'il avait à faire. Après l'accident de son père et son décès, il a apprit à vivre seul et donc son autonomie s'est développée encore plus, parce qu'il ne voyait plus sa mère comme telle. Puis il est arrivé en Corée, et là, c'est devenu quelqu'un de vraiment adulte, qui sait s'assumer entièrement et gérer sa vie.

Dépensier
Son autonomie lui permet également de dépenser de l'argent comme il le souhaite. Sa mère continue de lui en envoyer sur son compte, certainement parce qu'elle regrette mais il s'en fiche. Il s'achète des vêtements, des accessoires, change de couleur de cheveux etc. Il dépense sans compter, mais de toutes façons, il le peut. Alors quelle importance ?

Beau
Personne ne peut dire le contraire : Kai est un beau garçon. Il a 24 ans, certes, il prendra de l'âge, des rides aussi mais pour l'instant, c'est une belle fleur qui n'arrête pas de s'embellir et les magazines, ainsi que les publicités savent comment le mettre en avant.

Dragueur
Il aime toucher à tout ce qui bouge, et jouer de ses charmes afin de parvenir à ses fins. Il adore les nuits de folie, aller en boîte et chercher une nouvelle proie qui finira dans son lit. C'est même devenu une habitude de balancer des compliments, même s'il ne les pense pas, il est comme ça, et avec tout le monde.

Charismatique
Partout où il va, les regards se portent sur sa personne, et il aime ça. Être sous le feu des projecteurs lui procure une telle sensation qu'il ne peut pas s'en passer. Il ne peut pas faire trois pas sans qu'une personne ne se demande qui est ce sexy animal.

Égoïste
Il ne pense généralement qu'à lui dans certaines situations. Il est plus du genre à être dans son monde de paillettes qu'à regarder celui des autres. Dans les relations, il n'a aucun sentiment et ne sera même pas attrister d'y mettre un terme. Voir des larmes sur le visage des gens ne le gêne pas, il en est même indifférent, bien que parfois, il fasse semblant de s'en inquiéter.

Observateur
Aucun détail ne lui échappe. Il a apprit à observer chaque geste, chaque mimique, chaque expression afin de savoir ce que l'on pense réellement de la situation, de la conversation, de lui. Il a un regard fixe sur la personne qu'il a décidé de mettre à nu, ne s'empêchant pas de la détailler, de faire des commentaires dans sa tête et se demander à quoi pense cette personne lorsqu'elle est silencieuse.

Franc
Franc, peut-être. Blessant et vexant, beaucoup trop. Il dit ce qu'il pense, avec les mots qui viennent à sa bouche sans tourner plusieurs fois sa langue avant de parler. Il dit simplement ce qu'il a envie de dire sur le moment, quitte à blesser, faire pleurer, ou se prendre une gifle. Ce qui lui ait déjà arrivé …

Curieux
Pour une star, il faut bien l'être un peu. Pour lui, ce n'est pas un défaut. Il ne va pas aller s’immiscer dans la vie des gens, parce que ce n'est pas poli, et son père ne l'a pas élevé comme ça. Mais il s'intéresse à certaines choses, pose des questions sur la vie des autres, juste pour nourrir sa curiosité. Il écoutera, peut-être que le lendemain il aura oublié, mais sur le moment, il a envie de savoir.

Immature
Dépensier est un trait d'immaturité. Et il le sait.
Quand les choses deviennent trop sérieuses, il s'enfuit, parce qu'il ne veut pas prendre ses responsabilités. Il ne veut même pas en avoir sur le dos d'ailleurs, parce que ça prend beaucoup trop de place dans une vie.

Ouvert d'esprit
Il a eu une vie tellement dramatique, qu'il n'a plus peur de tout entendre. Il n'est plus choqué, ni même outré de certains faits et gestes, parce que chacun a ses raisons d'agir ainsi.

Indomptable
Du fait qu'on ne connaisse pas réellement le vrai Su Yeol, il apparaît comme quelqu'un d'indomptable, de libre comme l'air, qu'on ne peut ni attraper, ni sequestrer. Il semble avoir laissé son coeur quelque part et personne ne l'a encore trouvé.

Patient
Tout vient à point, qui sait attendre. C'est une phrase qui le caractérise bien. Il est patient, avec les gens, avec les sensations, avec sa carrière, avec son entourage. Il n'embrouillera pas quelqu'un pour connaître sa vie, il attendra. Il ne poussera pas sa carrière pour aller plus loin, les offres viendront d'elles-mêmes. Il l'est très souvent dans ses relations aussi, et ne forcera pas quelqu'un s'il n'a pas envie d'aller jusqu'au bout. Mais c'est quand même un homme alors il tentera toujours …

Joueur
Il aime jouer avec le feu. Ce qui lui brûle les doigts, ce qu'il ne peut pas avoir, ce qui lui résiste, il aime ça. Pas trop longtemps non plus, mais il jouera jusqu'à ce qu'il ait ce qu'il veut. Et si ça prend trop longtemps, alors il changera de sujet sans regret.

Sérieux
Il a beau être immature, lorsqu'il doit travailler, il devient sérieux. En même temps, il n'a pas non plus envie de passer sa journée à se faire bombarder de photos, à recommencer encore et encore, alors autant être sérieux dés le début. Il aime rire, c'est un fait, mais dans des conditions qui l'exigent, il sait rester calme.

Mystérieux
Dans le sens où il ne raconte jamais ce qu'il s'est passé dans sa vie, ce qui l'a poussé à venir en Corée du Sud alors qu'il est né en Amérique. Il évite de parler de sa famille, et de ses parents “décédés” parce qu'il ne veut pas revenir là-dessus, ça le bouffe déjà assez au quotidien.

Sportif
Danser, courir, faire de la corde à sauter, des abdos … Il aime bien ça. Faire de la musculation, il ne considère pas cela comme un sport, et de ce fait, n'en pratique pas. S'il a un corps sculpté, et des tablettes de chocolat, il ne le doit qu'à ses longues séances de danse, et à rien d'autre.

Solitaire
Malgré qu'il soit souvent entouré, il est assez solitaire dans l'âme. Il s'est prit un chat afin de pouvoir donner toute son affection à quelqu'un. Il n'aime pas la solitude, mais contre son gré, il est quelqu'un d'assez solitaire. Logique ?

Talentueux
En boîte, Kai ne peut s'empêcher de montrer qu'il a du talent. Mais il n'est pas talentueux qu'en danse en réalité. Les gens qui travaillent avec lui lui disent qu'il est né pour être mannequin, qu'il a ça dans le sang. Ses poses naturelles, et le fait qu'il soit détendu … On dirait qu'il a fait ça toute sa vie.

Têtu
Plus encore qu'une mûle. Ce qui le rend certainement immature parfois, mais dés qu'il a une idée derrière la tête, rien ne l'arrête. Il veut quelque chose ? Il va aller se l'acheter dans la minute. Cela fait de lui quelqu'un de très impulsif dans ses envies, parce qu'il écoute beaucoup son corps, mais surtout ses envies alimentaires.


The life sucks
Il ne se souvient pas du jour de sa naissance, comme la plupart d'entre nous, ce ne sont pas des images que nous sommes capables de retenir, notre cerveau n'étant pas encore apte à se souvenir. Mais il ne pense pas avoir été détesté par ses parents, laissé même de côté ou qu'il n'y avait que l'argent qui comptait. Certes, ils n'ont jamais été dans le besoin, et ceci, le garçon en a toujours eu parfaitement conscience, mais leur famille tenait debout grâce à l'amour. Un papa, une maman et un fiston. Il a encore en mémoire son cinquième anniversaire. Certainement le plus heureux, même si les huit premiers étaient ceux qu'il ne voulait pas oublier.

Il a toujours été malin, et, ce matin-là, lorsqu'il s'était levé pour aller à l'école, il avait conscience qu'il prenait un an de plus, mais surtout que cette journée allait être heureuse. Les maîtresses de la maternelle lui avait souhaité, sa maman avant elles également, mais le petit garçon n'avait pas eu le temps de voir son père, la personne la plus importante. Or, c'était le câlin de son père qu'il attendait avec impatience et la voix grave mais douce de ce même parent qu'il voulait entendre. Il avait hâte de terminer sa journée d'école et de rentrer à la maison pour le voir. Il aimait sa mère, mais son père était son modèle, son héro, sa divinité. Il le trouvait grand et fort, correct et poli, souriant et drôle. L'homme n'avait pas besoin de crier ou de lever la main sur son fils pour que ce dernier comprenne ses erreurs et ses bêtises. Il lui suffisait de prononcer son prénom d'une voix stricte pour que le petit bonhomme court dans ses bras pour s'excuser. Il aimait sa mère, mais son amour pour son père dépassait tout ce que l'on pouvait imaginer.

Un petit sourire étire ses lèvres lorsqu'il se souvient avec exactitude de sa joie lorsque son père lui avait donné cette longue boîte joliment décorée et bien fermée. Avec excitation, il avait ouvert le couvercle, très lentement, voulant faire durer le plaisir. Il jetait des coups d’œil à son père qui lui souriait, le trouvant certainement mignon et drôle. Le gamin aperçut alors un morceau d'argent, juste avant de soulever le dessus rapidement. Il sautait de joie, empêchant sans le vouloir sa mère de voir ce qui se trouvait dans cette fameuse boîte. Il s'agitait, la brandissait, la secouait dans tous les sens, riant, la serrait contre lui. Il ne savait comment réagir. Ce cadeau lui faisait tellement plaisir qu'il ne savait pas s'il devait le montrer au monde entier ou s'il devait juste le garder caché quelque part comme un trésor. Son père s'avança vers lui afin de le calmer et accrocher la gourmette autour de son poignet. Su Yeol se rappelle l'avoir serré très fort dans ses bras en versant quelques larmes.

On ne connaît le bonheur que si on le vit, et Chan Yeol est certain de l'avoir vécu lorsque son père était encore à ses côtés. Il ferme les yeux quelques instants, se demandant à quel moment son pied l'avait conduit droit en enfer. Quel faux pas avait-il fait pour que sa vie soit aussi tordue, maladroite, triste ? Aujourd'hui, il sait que son père avait tord en lui disant qu'il descendait du ciel, qu'il était un ange. Au contraire, il n'y a rien de bon en lui. Il couvre son corps entier et son visage sous sa couette pour retenir ses larmes de couler, pour ne pas montrer aux cieux son mal-être, sa peine, sa douleur. Il a encore l'impression d'entendre les incessantes sonneries du téléphone à l'étage d'en dessous. Il s'était levé après avoir entendu les pas de sa mère et l'avait suivi discrètement. Caché derrière un mur, il entendit un bruit sourd avant de jeter un œil et découvrir sa mère, à genoux sur le sol, le visage ravagé par les larmes. Il avait accouru afin de consoler sa mère, sans même comprendre la situation. Il avait accompagné son parent dans sa peine sans même savoir ce qu'il se passait. Bien trop rapidement, il s'était retrouvé à l'arrière de la voiture que sa mère conduisait, elle tentait de retenir ses sanglots. Il ne savait pas où ils allaient, mais l'idée qu'ils se baladaient pour le plaisir ne lui traversa pas une seule seconde la tête.

Il avait questionné sa mère. « Maman, pourquoi on est là ? Pourquoi on est à l'hôpital ? Tu as mal ? Tu es malade ? Maman, pourquoi tu pleures ? » Elle n'avait pas répondu à une seule de ses questions, attrapant simplement sa main alors qu'elle les conduisait à l'étage des soins intensifs.
En y réfléchissant, après plus de quinze ans à se ressasser la même chose, il aurait pu comprendre. Son père n'était pas rentré, sa mère pleurait et ils étaient à l'hôpital. Il aurait pu savoir, il aurait du s'en douter. Mais il n'avait que huit ans. À cet âge-là, on ne s'imagine pas perdre son père. Pas si vite, pas si jeune. Alors qu'il continuait de marcher, tentant de suivre les pas rapides de sa mère, il fut surpris lorsqu'elle s'arrêta d'un coup. À son tour, il regarda avec attention la porte devant lui, remarquant que le nom de son père y était inscrit. Une infirmière sortit de la pièce, lui laissant le temps d'apercevoir ce qui devait être son père. Le gamin ne savait pas qui était dans ce lit, mais ce n'était certainement pas son père. Il fronça les sourcils, et entendit vaguement les mots de cette dame en blanc. « Il n'en a plus pour longtemps. Il est temps de lui dire au revoir. »

Timide, il pénétra dans la chambre où gisait cette personne inconnue, sans oser regarder son état. Sa mère le poussait, autant qu'elle se forçait à affronter la réalité. « Su Yeol, mon fils. » Sa vue se brouilla lorsqu'il reconnut cette voix, grave mais douce. Il se permit alors d'observer le visage de son père. Il était sûr que c'était lui, il ne pourrait confondre sa voix avec celle d'une autre personne. L'un de ses yeux était bandé, l'autre peinait à s'ouvrir. Des bleus, des plaies, des ouvertures, partout sur son si beau visage. Des aiguilles dans son bras, des machines autour de lui. Il ne comprenait pas. Pourquoi était-il comme ça ? Il devait rentrer à la maison, et non être ici. Le petit garçon se mit à crier sur son père, alors qu'il comprenait à présent la situation. Il le disputait, lui demandait pourquoi il n'était pas venu lui faire un câlin dans son lit, pourquoi il n'était pas rentré plus tôt, pourquoi il était blessé, pourquoi il semblait avoir mal, et pourquoi il avait l'impression d'être abandonné. Pour la première et dernière fois, il avait vu des larmes silencieuses rouler sur le visage si masculin de son père.


Il ne parvient même pas à pleurer et pourtant il souffre. Sa douleur est pire que ce que l'on pourrait imaginer. Il n'est même pas capable d'évacuer tout ça, il n'y arrive tout simplement pas, et ça le détruit. Quinze ans après, il ne s'en est pas remit. Il a mal, il ne parvient pas à oublier le visage déformé et souffrant de son père. Il ne sait pas s'il a pleuré de mal ou de peine de laisser sa famille. Avant ce drame, il n'avait jamais été violent, fait de crises de colère ou crier sur ses parents. Lorsque son père s'est éteint, quelque chose de puissamment douloureux s'est accroché à lui. Il a perdu une part de son âme. Cette part qui faisait de lui un gentil garçon, un adorable gamin, tout disparut ce jour-là.

En grandissant, il en voulut à tout le monde. Lorsque sa mère osait lui demander pourquoi il ne dessinait et ne s'habillait qu'en noir, il lui répondait que le noir représentait la couleur de son cœur. Elle en était dévastée, elle ne savait plus comment faire pour aider son enfant. Si elle était en deuil, elle devait tout de même faire face pour élever correctement son fils, le petit garçon de son mari décédé, la seule part de son homme qui restait à présent à ses côtés. De nombreuses fois, elle fut convoquée dans les bureaux des Directeurs d'école primaire ou de collège, parce que son fils avait battu des camarades de classe. « Pourquoi ? Pourquoi me fais-tu ça Su Yeol ? » Elle lui posait souvent les mêmes questions, sans que jamais il n'y réponde. Il allume l'écran de son téléphone, et chasse ses larmes afin d'apercevoir son background : le visage de ses parents, heureux, souriants, avec un bout de chou dans les bras. Lui.

Pour son agressivité, sa mère l'avait forcé à voir un professionnel afin de le canaliser et déchiffrer son comportement. Son propre parent ne comprenait plus son fils mais ce qu'elle ne disait pas, c'est qu'elle ne savait surtout pas le gérer. Au collège, il voyait la psychologue une fois par semaine. S'il était absent une seule fois, la mère était contactée dans l'immédiat. Il prenait tous ces rendez-vous à la rigolade. Il ne voyait pas l'intérêt de voir quelqu'un pour parler de ses problèmes. Une personne inconnue. Quel genre d'aide pourrait-elle apporter à un gamin qu'elle ne connaît pas, qui n'a pas vécu son passé et son mal ? Il se plaisait à aborder un sourire mesquin chaque fois qu'il devait la voir. Elle lui posait des questions, il posait son sac de cours sur la chaise d'à côté, posait ses fesses sur l'autre et attendait que l'heure passe. Il n'y allait que pour avoir une heure de cours en moins dans la journée. La pauvre femme était désespérée, ne sachant absolument pas comment le faire parler. Aujourd'hui, il se dit qu'il a vraiment été difficile avec elle. Elle n'y pouvait rien, elle essayait de faire son boulot, un point, c'est tout.

Arriva ensuite le lycée. Bizarrement, il changea de comportement. Presque du tout au tout. C'était un beau garçon, il le savait, et en jouait beaucoup. Les gens l'approchaient parce qu'il puait l'argent et la marque, sa mère cédant à tous ses caprices afin qu'il aille mieux. Les filles lui courraient après parce qu'il était devenu populaire, mais surtout parce qu'il était le sexy animal du coin. Jamais il ne parlait de son mal, du drame de sa vie, il avait préféré apprendre à danser pour extérioriser sa douleur que de revivre ce qui l'a détruit avec des paroles. Réellement, il ne voulait plus entendre parler de son père, et tous ces connards du collège qui s'étaient amusés à lui rappeler que son père était mort ne l'aidait pas à faire son deuil. Quand on dit que les gosses sont méchants entre eux, ce n'est pas une blague. S'il avait été si violent durant le début de l'adolescence, ce n'était que pour défendre son père défunt. Mais ça, jamais sa mère ne l'aurait compris.

Six ans. Cela faisait maintenant six années que son père les avait quitté et il remarqua le comportement de sa génitrice. Elle changeait, souriait, mangeait, faisait des repas, rangeait la maison et devenait plus vivante. À nouveau. Il ne trouvait pas ça normal. Il avait quatorze ou quinze ans, il comprenait beaucoup de choses mais pas ça. Pas ce changement radical de personnalité.
Il sort de son lit en soupirant, rejoignant le balcon après avoir ouvert les volets, chassant l'obscurité de sa chambre. Il pleut dehors, il fait froid, mais il s'en fiche, il est bien couvert. Il appuie ses coudes sur le rebord du balcon et replonge dans ses souvenirs, laissant la pluie accompagner sa souffrance.

Il surprit des conversations téléphoniques, puis fouilla dans son portable afin de savoir ce qu'elle cachait. Il découvrit qu'elle voyait quelqu'un, qu'elle essayait de refaire sa vie, avec un autre homme. Il prit son acte pour une trahison. Lui qui était incapable d'oublier son père, marqué à vie par les images cauchemardesques de sa mort, il voyait sa mère, la femme de son père, aimer un autre. Il ne l'acceptait pas, il ne voulait pas, parce qu'elle n'avait pas le droit. Il commença à déserter la maison de son père. Il avait l'impression de s'éloigner de lui en faisant ça, mais il n'avait pas le choix. Il ne voulait plus sentir la trahison de sa mère dans chaque pièce. Il se mit à fréquenter des filles de son bahut, à dormir chez elle et oublier ce qu'il vivait au quotidien. Il en a connu des filles à l'époque, des lits différents, des parfums féminins, acides, piquants, doux, épicés, sensuels … Il passait très souvent des nuits complètes chez ses copines du moment. Cela devint rapidement une habitude, puis il commença la clope. Ça lui donnait un air cool, même s'il ne le faisait pas souvent. Il fouille dans la poche de son sweat afin de sortir un paquet de clopes et s'en griller une, regardant distraitement la fumée tueuse sortir de ses lèvres. Ce n'est que de temps en temps, parce qu'il sait que ça pourrit l'hygiène, les dents, l'haleine, les poumons, le cœur. Il devrait arrêter de danser s'il commençait à mourir et n'aurait plus aucune carrière s'il devenait moche, alors il fait tout de même attention. Il fixe le ciel quelques instants, en pensant à son père, et éteint la cigarette. Il sait parfaitement que son parent ne voudrait pas le voir dans cet état. Il a conscience qu'il devrait arrêter, tout simplement, mais il ne peut pas. Ça l'aide à se rappeler que son père veille sur lui, quelque part. Ça l'aide à se remettre dans le droit chemin.

Il rit doucement en se rappelant de sa rencontre avec son précieux ami américain, ce qu'il fallut traverser avant de construire une amitié solide. C'était sa deuxième année de lycée, et hormis le fait qu'il était la bombe du bahut, il avait plutôt de bons résultats scolaires. Un nouveau avait débarqué dans leur classe et manque de bol, on lui avait collé une pipelette dragueuse sur le siège à côté de lui. Il se sentit en compétition, parce qu'il lui prenait SES proies, et SA popularité. Alors une petite guerre commença entre eux, sans qu'ils ne se parlent rien qu'une fois.

Après plusieurs semaines à s'ignorer et faire comme s'ils ne se connaissaient pas, et c'était d'ailleurs le cas, ils s'étaient croisés par hasard dans un couloir. L'un avait bousculé l'autre par inadvertance, et ce n'était absolument pas le jour pour Su Yeol, qui supportait de moins en moins la nouvelle aventure de sa mère. Récemment, elle avait décidé de lui en parler, de s'ouvrir. Il ne lui répondit rien, la regardant simplement sans aucune émotion sur son visage, alors qu'intérieurement, tout s'enflammait. Il voulait lui cracher au visage qu'il savait, qu'elle avait changé, qu'elle n'était plus sa mère. Il avait besoin de passer ses nerfs sur quelqu'un ou quelque chose avant de se détruire lui-même. Le nouveau était mal tombé ce jour-là au lycée, et apparemment, tous deux avaient besoin de se défouler. Un regard avait suffit à exprimer leur rage dans des coups plus violents que d'autres, jusqu'à ce que des adultes interviennent, les séparant, assez difficilement tout de même. Ils avaient le visage abîmé et certainement d'autres bleus sur le corps, mais les deux sauvages semblaient calmés et plus sereins, bien que leur haine l'un envers l'autre n'avait pas changé.


« On était cons. » Cette phrase perce le silence des rues matinales de Séoul. La fumée chaude sortant de sa bouche éclate dans l'air glacial, jusqu'à ce qu'elle disparaisse complètement. Il sait qu'ils ont été bêtes, mais sans cet affront et ce qui a suivi, jamais ils ne se seraient découverts des points communs. Ils avaient marché dans les couloirs jusqu'à atteindre le bureau du Directeur. Personne n'aimait voir ce gros lard. Il puait sa sueur et le saucisson à des kilomètres. Su Yeol espérait sincèrement ne pas y rester longtemps, s'insultant d'abruti fini. Il aurait du réfléchir aux conséquences de ces actes, et il aurait préféré se faire détruire par l'adjointe, que de respirer la pollution du dirlo. Il prit une grande inspiration avant de pénétrer dans l'estomac acide de la bête. Un rire s'échappe de ses lèvres en se souvenant de cette personne, laissant de nouveau une traînée blanche s'évaporer au contact de l'extérieur. Plus d'une demi heure plus tard, les deux garçons pouvaient sortir de l'enfer, et Su Yeol n'avait pas attendu avant de se tirer. La sanction donnée par la pollution ambulante qu'était le Directeur était des travaux dans le gymnase pendant un mois afin de les faire réfléchir sur leurs actes.

La première semaine, ils continuaient de s'ignorer. Ils évitaient même de se lancer des regards de travers pour éviter de se sauter à la gorge une nouvelle fois. Ils prenaient sur eux, parce que Su Yeol ne voulait pas se retrouver dans le bureau du gros une nouvelle fois, et surtout avoir affaire à sa mère, qui jouait la mère modèle. Après tant d'années à le laisser s'enfoncer. Ce soir-là, alors qu'ils nettoyaient le gymnase chacun de leur côté, Su Yeol se ne se sentait vraiment pas bien. L'anniversaire de la mort de son père approchait, et rien n'allait. Il se sentait trahi par sa mère, abandonné par son père et terriblement seul malgré les nombreuses personnes autour de lui. Il avait l'impression que son parent maternel n'y pensait plus, qu'elle avait réussi à avaler la pilule, alors que tout restait coincé dans la gorge de l'adolescent. Ses mains tremblaient, et il avait besoin de se calmer, de prendre l'air. Dans un fracas qui résonna dans la salle vide, le manche du balai qu'il tenait tomba sur le sol et, le garçon se dirigea à grandes enjambées à l'entrée du gymnase afin de s'allumer une clope et inspirer une grande bouffée de fumée. Comme à chaque fois, sans avoir consommé la moitié, il jeta la cigarette plus loin sans que son état se soit arrangé. Au moins, ses mains ne faisaient plus ce qu'elles voulaient et restaient en place. Il ne savait plus vraiment quels mots avaient été les premiers, mais il se rendit compte que ce “nouveau” n'était pas aussi superficiel qu'il le laissait paraître.

Les semaines, les mois passaient sans que les deux adolescents ne se quittent. Ils avaient tous deux découverts un passé sombre chacun de leur côté, et ce fut ce qui les rapprocha. Les filles continuaient de passer dans leur lit, les relations ne duraient jamais bien longtemps, sauf une pour Su Yeol. La relation avec cette fille n'était pas bien différente, et elle n'en était pas réellement une pour le grand brun. Il se contentait de sortir avec elle de temps en temps et de coucher dans son lit quand il sentait qu'il avait besoin de se vider la tête. Il préférait le sexe aux cigarettes, parce que ça ne le détruirait pas à petit feu comme la nicotine.
Ses gestes s'arrêtent alors qu'il ferme la porte-fenêtre : et si elle avait été amoureuse ? Il chasse rapidement cette pensée en pouffant légèrement de rire. Elle ne connaîssait pas l'amour, même avec sa sœur et ses parents. Il s'assoit sur le bord de son lit touchant son poignet, aujourd'hui, nu.

Il ne sait plus à quel moment il a perdu cet objet précieux, mais il a la désagréable impression d'être séparé de son père et lui-même. Avant d'avoir dix-huit ans, sa mère avait décidé d'emménager avec le remplaçant de son père. Ce qu'il ne supportait pas, c'était que cet homme était réellement gentil, et le détester n'avait aucune raison d'être. Il reporta alors cette haine sur son frère par alliance. Il avait cinq ans de plus que lui, mais tous deux ne se privaient pas pour se faire des crasses. Des enfantillages. Il se pince les lèvres pour s'empêcher de le détester encore plus. Ils ne s'aimaient pas et leurs parents respectifs ne savaient pas comment gérer leurs disputes, leurs coups-bas et le reste. Avec exactitude, il se souvient avoir gribouillé sur les touches du synthé de ce sale con avec un marqueur indélébile. Il pousse un soupir, tout de même un peu honteux de ce qu'il a fait à son instrument. Puis il fronce les sourcils, se souvenant de “cette” journée.

Il marchait à grandes enjambées. Sa mère venait de le disputer pour avoir mal parlé au père de son frère par alliance et il n'avait pas vraiment apprécié. Elle, qui se mêlait toujours de ce qu'il ne fallait pas, quand il ne fallait pas, venait de lui reprocher de ne pas faire d'efforts. « C'est vrai que toutes ces années, tu as fait des efforts pour me comprendre. » Il avait claqué la porte après ces mots sans appel et était sorti afin de ne pas détruire toute la maison. Son agressivité et sa colère étaient parfois toujours présentes et il ressentait de nouveau le besoin de se sentir proche de son père. Il allait s'allumer une clope lorsqu'en traversant une rue, l'obscurité l'emmena.

Sa tête plonge dans ses mains, coudes sur cuisses, de nouveaux souvenirs douloureux refaisant surface. Cet accident … Il ne pourra jamais l'oublier … Il se regarde dans le miroir en face de lui quelques secondes, puis fixe le creux de sa main avec attention. Il en touche une partie avec ses doigts, se remémorant ces longues semaines à lutter contre la douleur. À son réveil, il avait l'impression d'avoir fait un cauchemar. La nuit perturbait sa vision, il ne savait pas où il était, mais son corps refusait de bouger. Même pas un orteil. Il était complètement paralysé, et lorsque cela le fit paniquer, la machine a côté de lui s'affola tout autant. Un médecin et une infirmière entrèrent dans la chambre rapidement, lui faisant toutes sortes de test : signes vitaux, lumière aveuglante dans les yeux, etc. Il n'y croyait pas, il avait l'impression d'être dans un film. La fatigue reprenait le dessus et sans qu'il puisse lutter contre, il se perdit de nouveau dans l'obscurité.

Son réveil suivant se fit plus calmement. Il faisait jour et il était capable de voir qu'il était à l'hôpital. Il n'avait pas eu le temps de voir quoi que ce soit lors de son accident, et il ne savait pas vraiment ce qu'il s'était passé. Quelques flashs lui revenaient en tête, mais c'était vague. Il voyait des visages au dessus de lui, des lumières aveuglantes et entendait des voix qu'il ne comprenait pas.
Il s'allonge dans son lit, se recroqueville sur lui-même et pose ses mains sur ses oreilles, comme pour chasser toutes ces photos, ces marques, ces sentiments, ces sons. Il sombra peu à peu dans un mutisme sans nom, il ne parlait pas, refusait de se nourrir et même lorsque son meilleur ami lui rendait visite, c'était comme s'il ne le voyait pas. Il était perdu entre la réalité et ses souvenirs, incapable d'en sortir. Il en voulait à sa mère, parce que si elle n'avait pas été aussi cruelle, il n'aurait jamais été à l'hôpital. Jamais il n'aurait eu le corps détruit et le mental instable. Il ne savait plus quoi faire, que devenir, où aller. Son cerveau avait bloqué ses mots, il n'était plus possible pour lui de s'exprimer, et lorsqu'on lui disait que sa famille était là, il se mettait à rire. Entendre le mot “famille” lui paraissait être une blague. La seule qu'il n'a jamais eu était son père.

Comme si son corps suivait sa raison, il ne guérissait pas aussi bien que d'ordinaire. Il y avait des complications, et Su Yeol était en danger. Il pouvait finir ses jours en fauteuil roulant, ou pire mourir. Or, ce n'était pas le but des médecins, ni même l'envie de son ami. Il ne sut comment s'étaient déroulées les choses lorsqu'il était à demi conscient, mais c'était comme s'il se réveillait d'un long sommeil. Son père lui redonnait de nouveau la force d'avancer et de se battre. Il avait envie de le rejoindre, plus que tout, mais il n'en avait pas le droit, il le savait. Ce n'était pas ce que son père aurait souhaité pour lui. Il avait décidé de réparer son corps, et l'argent de sa mère servit à quelque chose. Il se fit opéré plusieurs fois afin de faire disparaître les nombreuses cicatrices sur son corps, le rendant de nouveau parfait. La seule marque qu'il garda, ce fut celle qui barrait à présent la paume de sa main. Il refusa de l'enlever, il voulait se souvenir à jamais de ce que sa mère lui avait fait.

Après plusieurs mois à l'hôpital, presque une année entière, il était enfin tiré d'affaire et ne risquait plus rien, même s'il eut beaucoup de dommages au niveau de son dos. Il resta buté sur le fait qu'il ne devait absolument rien à sa génitrice, et profita au maximum de son argent, avant de décider de partir pour la Corée du Sud, retrouver la moitié de ses origines. Celles de son père. Il était heureux d'avoir apprit la langue avec son père quand il était en vie, même s'il avait fallut qu'il prenne des cours pour se perfectionner, parce que cela faisait dix ans qu'il n'avait pas parlé coréen. Il prit donc l'avion et embarqua pour l'Asie. Arrivé là-bas, il se prit un appartement grâce à sa chère mère généreuse, et se chercha un boulot afin de ne plus dépendre d'elle.

Il avait un peu plus de vingt deux ans lorsqu'il se fit recruter par une agence de mannequinat. La grande YW, numéro un de Séoul dans le divertissement, le trouvait intéressant et voulait qu'il fasse des essais. Il vit là une opportunité de se faire connaître mais aussi de montrer à sa famille merdique qu'il n'avait absolument pas besoin d'eux. Entre deux, il avait travaillé un peu partout, là où on voulait de lui. Pendant cette période, il laissa son numéro de téléphone un peu partout dans les quartiers riches afin qu'il puisse donner des cours de danse. Il se faisait donc inviter chez ces personnes, et donnait des cours. Parfois très particuliers, où il finissait dans le lit de ses hôtes, qui n'étaient pour la plupart que des étudiants en manque d'aventure. Il profitait bien plus de la vie depuis son accident, il en avait besoin pour se sentir vivant, mais les choses se sont facilitées lorsqu'il est entré à l'agence. Les fans, les conquêtes féminines ou masculines, la popularité, son visage dans des pubs, dans les magazines … Comment être plus comblé ?
let out the beast
Hey, coucou mon mignon : Mon pseudo fréquent est O'Daim, j'ai 20 ans. Je suis fondatrice d'un forum, fais du RPG depuis 5 ou 6 ans (je ne compte plus) et c'est la première fois que je joue Kai.

Généralement, je préfère Chan Yeol parce que c'est mon bias, mais sur un autre forum, je joue DO. Je suis une grosse EXO-L ♡♡♡♡♡♡.

J'aime le yaoi, le Baekyeol/Chanbaek ♡♡, le Kaisoo, le Chansoo, le Chankai, le Kaibaek enfin bref tous les pairings qui sont entre ces quatre personnes sauf le Baeksoo, j'ai du mal à les voir ensemble.

J'écoute principalement BTS, Beast, EXO ♡ (cela va de soi), SuJu ♡, Team H, Jin Akanishi ♡, un peu de Block B, K.Will. Un peu de MYNAME, Bad des Infinite ♡ (mais sinon je n'aime pas ce groupe) et ne me parlez pas de nanas, j'ai horreur de leur voix ou de leur style de musique.

Voilà, je vis en France, je suis un peu étrange parfois, mais généralement, on me supporte ♡


Dernière édition par Nam Su Yeol le Jeu 20 Aoû - 19:26, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t916-nam-su-yeol-baby-give-m
HEY BABY, THIS IS
Kim Hyo Jin
I'M BORN : 08/05/1994
ÂGE : 24
I LIVE : Seodaemun-gu
WORK : Idol
I'M CRAZY ABOUT : X
HERE SINCE : 17/08/2015
MESSAGES : 28
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mer 19 Aoû - 16:31

Hellcome bibiche !
Courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t910-kim-hyo-jin-a-ton-servi
HEY BABY, THIS IS
Nam Su Yeol
I'M BORN : 14/01/1991
ÂGE : 27
HERE SINCE : 19/08/2015
MESSAGES : 15
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mer 19 Aoû - 16:38

Merci :pablo:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t916-nam-su-yeol-baby-give-m
HEY BABY, THIS IS
Kim Joong Shi
I LIVE : Gwanak-gu
WORK : Majordome au Plazza
HERE SINCE : 22/04/2015
MESSAGES : 346
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mer 19 Aoû - 23:02

Bienvenue bienvenue courage pour ta fiche ! Have fun here, on est tous gentils et on mord pas :pablo: enfin moi c'est seulement pendant la semaine des 4 jeudis

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le découpeur d'oreilles
" Le sourire qui illumine à présent le visage du jeune homme n’est pas sans raisons. Le majordome qui lui est assigné est un homme dans la vingtaine à l’allure charismatique et confiante. [...] C’est comme s’il avait oublié l’entièreté de ses soucis tandis que l’homme s’agitait en face de lui, se présentant et récitant à la perfection le petit discours qu’il servait probablement à chacun de ses hôtes. " ▬ Baek Yunho  ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t64-kim-joong-shi-burn-my-d
HEY BABY, THIS IS
Nam Su Yeol
I'M BORN : 14/01/1991
ÂGE : 27
HERE SINCE : 19/08/2015
MESSAGES : 15
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mer 19 Aoû - 23:16

OH MY GOD CHANYEOL MY UB !
Je ne dirai pas non à ce que ton joli Joong Shi morde mon innocent Su Yeol

Merci pour le message d'accueil, je viendrai réclamer un lien dés que j'aurai fini ma fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t916-nam-su-yeol-baby-give-m
HEY BABY, THIS IS
Park Nae Il
I'M BORN : 31/10/1995
ÂGE : 22
I LIVE : dans un petit studio à nowon-gu
WORK : danseuse, mannequin, en quête de célébrié
HERE SINCE : 30/07/2015
MESSAGES : 33
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mer 19 Aoû - 23:39

Bienvenue sur le forum :)
Bon courage pour ta fiche o/

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


PARK LYLA ♥️ Sweet&Spicy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t877-park-nae-il-only-in-the
HEY BABY, THIS IS
Nam Su Yeol
I'M BORN : 14/01/1991
ÂGE : 27
HERE SINCE : 19/08/2015
MESSAGES : 15
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mer 19 Aoû - 23:42

Merci pour ton accueil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t916-nam-su-yeol-baby-give-m
HEY BABY, THIS IS
Baek Yun Ho
I'M BORN : 13/07/1996
ÂGE : 22
I LIVE : Gwanak-Gu, mais c'est un secret
WORK : Idole
I'M CRAZY ABOUT : renren, rara
HERE SINCE : 24/04/2015
MESSAGES : 335
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Jeu 20 Aoû - 10:53

Non tu vas mordre personne idiot de Joong


Bienvenue sur le fo petit chou j'espère que tu t'amuseras parmi nous ♥️

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .




Les lèvres en coeur bougent, [...], laissant voler un flot de notes harmonieuses, presque visibles par la joie, virevoltantes en tourbillons - alors que les mots soufflés deviennent de douces émotions qui dansent jusqu'aux oreilles géantes de Joongshi, par milliers de baisers, jusqu'à toucher son coeur battant d'une farandole de couleurs vives à en revivre. ▬ Kim Joong Shi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HEY BABY, THIS IS
Nam Su Yeol
I'M BORN : 14/01/1991
ÂGE : 27
HERE SINCE : 19/08/2015
MESSAGES : 15
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Jeu 20 Aoû - 14:34

Merci pour ton accueil, j'espère aussi m'amuser ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t916-nam-su-yeol-baby-give-m
HEY BABY, THIS IS
Hwang Jude
I'M BORN : 10/02/1990
ÂGE : 28
I LIVE : à Gangnam, au-dessus de l'Underground baby !
WORK : Barmaid & propriétaire de l'Underground bar.
I'M CRAZY ABOUT : Ahn Haru la pauvre rebelle & Bang Sun-Hi la séductrice arnaqueuse.
HERE SINCE : 03/03/2015
MESSAGES : 598
avatar
HOT & FUNKY FONDA
Ven 21 Aoû - 3:09

Welcome Baby !
ready for the dancefloor

Bienvenue à Séoul joli coeur ! Et oui, tu es enfin venu à bout de cette fiche de malade mental, tu la vois, la lumière au fond du tunnel ? Nan, t'es pas encore mort mais tu vas bientôt pénétrer dans un univers de folie absolue !

MAIS. Avant toute excitation précoce, tu dois d'abord accomplir quelques missions d'ordre intergalactique. Hé oui, avant d'aller te trémousser sur le dancefloor de SMK, tu dois AVANT TOUT, aller recenser ton avatar dans le bottin, please ! C'est hyper important si tu veux pas te voir un jumeau te pousser aux fesses, héhé. ♥

Pour continuer sur ta lancée et puisque t'es un warrior -ouais ouais t'as vu ton rang ?- tu devrais aller faire une demande de résidence) & puisque t'es trop hype il te faudrait aussi des multimédias héhé par-ici ton phone, de ce côté ton Twitter parce que t'es grave dans le moove et pour couronner le tout ton Facebook because c'la life ! Oublie pas de faire ton Instagram (non obligatoire)

A partir de là t'es le big boss du game mon chou. M'enfin n'abusons par car il faut aussi que tu fasse ta fiche de liens, hé oui ! & pour finir, si tu veux rp comme un dingue tu peux demander un rp ici. Ah, au fait, si t'es perdu voici la liste des lieux importants !

Kiss kiss sur ta fesse gauche ~


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 
✖️ SUCK MY KISS CUT ME MY SHARE ✖️
C’est une chenille, elle rentre dans son cocon, et elle se transforme en papillon. Ouais et quand mes parents se disputaient, je rentrais dans ma couette et je lisais cette histoire encore et encore. J’en suis venu à la conclusion, qu’en sortant d’ma couette, j’voulais pas être différent. J’voulais que ce soit le monde autour de moi qui change. Skins. ©️TEDDY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t37-hwang-jude-hot-funky-se
HEY BABY, THIS IS
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Nam Su Yeol ➝ Baby give me xoxo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GAGGIA BABY caffita systéme
» [Poupée] Petite Blythe "Baby Buttercup" Décembre 2010
» BABY LOCK
» Million dollar baby
» batchkoi baby !^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SUCK MY KISS. :: #the beginning. :: #PAPIERS S'IL VOUS PLAIT, SIR ✖ PRÉSENTATIONS. :: ✏ ready for the party, baby ! ✖ présentations validées.-