AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'OUBLIEZ PAS LE RECENSEMENT MES LAPINS !!
N'OUBLIEZ PAS DE RECENSER VOTRE AVATAR DANS LE BOTTIN PLEASE.
LA 1ERE PHASE DE LA MAJ A ETE FAITE : VENEZ EN PARLER ICI.

Partagez | 
 

 (MINI EVENT) Virus, the end of the world is near

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HEY BABY, THIS IS
Hwang Jayden
HERE SINCE : 17/04/2015
MESSAGES : 570
avatar
SEXY & DANGEROUS ADMIN
Sam 23 Mai - 15:20


Virus, the end of the world is near. 
Les zombies attaquent !!
©️ tumblr.

CONTEXTE : Un virus a transformé les simples mortels en immortels bouffeurs de cerveau, plus communément appelés « zombies », depuis plus de 72h. Ces derniers bouleversent l’ADN, à leur tour, des non-contaminés avec une simple morsure. L’instinct bestial du prédateur ressort chez ces monstres et ils visent là où nous sommes les plus sensibles : le cou. Ou quand ils n’ont d’autres choix, ils tentent le tout pour le tout et attrapent tout ce qui passe à leur porter. Si vous avez de la chance, vous serez mordu à la jambe ou au bras. L’amputation est une solution la plus radicale pour éviter de se transformer en immortel en décomposition. Pourtant, peu y parvienne. Trop de petites natures. Ils avaient envahis la capital, prenant possession de la moindre parcelle de terre. Plus personne n’était à l’abri de ces attaques. Seul le Paradise Walkerhill et l’Hotel Plazza était le dernier rempart face à ses créatures mort-vivantes. Pourtant, cela faisait deux longues heures que les zombies étaient parvenu à y entrer. L’électricité était coupée et la sécurité des lieux avait lâché. Il était minuit, et les morts-vivants gagnaient du terrain, traquant les derniers survivants.   
Rôles possible de jouer :
Les survivants : tous les coups sont permis pour survivre dans ce monde de brutes
Les zombies qui sont de deux types :
les prépubères : genre à la Walkind dead, qui marchent au ralentit et mangent tout ce qu'ils trouvent.
Les ménopausés : ceux qui sont un tant soit peu intelligent, bien qu'ils ont perdu une partie de leur cerveau, ils ne mangent d'ailleurs que ca en espérant prendre l'intelligence des vivants. (ce n'est qu'une description, on appelle les zombies comme bon nous semble et par rapport au groupe dans lequel on se trouve )


REGLEMENT : Ce mini-event est ouvert à tout le monde. Il n'y a pas d'ordre de passage fixe. On passe, on repasse. C'est vous qui voyez, mais éviter de vous mettre avec un groupe si vous n'etes pas sur de pouvoir le suivre pour éviter de bloquer leur avancement. Il est aussi fortement conseillé de mettre les noms des personnages dont on parle en gras. Cela nous permettra de mieux nous y retrouver. Veillez à préciser l'endroit et l'heure où ce passe vos actions egalement pour que les autres sachent où vous êtes et ce que vous faites.  



LES GROUPES


LE PARADISE WALKERHILL
Hwang Jayden Gao Iseul. (23eme étage)
Pae Woo Jin  (Poste de visionnage)
Dyun Kyang Ja Koonajak Kalaya. (sur le toit d'une camionnette devant le casino)


L'HOTEL PLAZZA
Choi Ha Na Wang Ting Yu (cuisine)



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Donnes-moi de l'espoir !
On a tous une personne qui est notre soleil pour égayer nos journées et une autre, qui est notre lune pour éclairer l'obscurité de nos nuits. Je ne peux imaginer ma vie sans l'une d'entre elle. 


Dernière édition par Hwang Jayden le Sam 23 Mai - 17:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HEY BABY, THIS IS
Gao Iseul
I'M BORN : 06/04/1993
ÂGE : 25
I LIVE : Gangnam-gu & Jung-gu
WORK : Policière & Détective privée
HERE SINCE : 18/05/2015
MESSAGES : 35
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Sam 23 Mai - 15:27

TROUBLE, OUR DESTINY





Elle courrait sans le moindre répit dans les couloirs sans fin du Paradise Walkerhill, sans jeter le moindre regard en arrière de peur être rattrapé par ses poursuivants. Aujourd’hui, à minuit pile, les portes du casino avaient cédé face à la violence des zombies qui telle une vague avaient mis sens dessus dessous les rues de Séoul. Plus personne n’était à l’abri de ses attaques, le Paradise Walkerhill et l’hotel Plazza étaient le dernier rempart face à ses créatures mort-vivantes et il venait de tomber depuis deux heures. Elle ouvrait les portes des différentes pièces, mais chaque fois qu’elle s’en détournait, c’était avec une expression plus inquiète et sombre. Ayant mis en panne le fonctionnement des ascenseurs pour ralentir la progression des zombies (dont la marche était plutôt lente et désordonnée), elle montait quatre par quatre les marches des escaliers de secours pour atteindre l’étage suivant mais renonçant à l’idée de traverser un couloir fantôme, elle préféra monter directement vers le vingt-troisième étage de l’établissement réservé aux VIP, du moins pour les rencontrer. Enfonçant la énième porte en trois heures, elle le retrouva enfin, allongée sur le sol. « Jayden, réveille-toi » cria-t-elle en courant vers lui, tombant sur les genoux pour le secouer. À en voir l’état de la salle, le verre renversé et le thé refroidi, le pot de fleur renversé, le rideau au sol, les personnes que Jayden avait rencontré étaient certainement à l’origine de l’ouverture des portes qui ont conduit indirectement à l’envahissement dans le hall des zombies. En voulant sortir du casino, ils avaient déverrouillé le système de protection. Ne le voyant toujours bouger, elle posa son oreille contre sa poitrine et les battements du cœur de ce dernier la rassura. De nouveau, elle le secoua avec beaucoup plus d’énergie, ils ne pouvaient pas se permettre de perdre du temps car plus les minutes s’écoulaient et plus les invités indésirables envahissaient les lieux. Les lieux étaient certes très vastes mais vu le nombre d’intrus étaient de plus en plus important au fur à mesure que le temps passait. Cela faisait déjà quatre heures qu’elle le cherchait, la nuit était tombée et l’électricité avait été coupé dès que les monstres avaient pénétré les lieux. Elle ne pouvait pas le laisser seul, elle aurait pu pourtant, mais elle en était incapable. « Oppa… »


23ème étage - 02h10.


- Iseul a coupé l’électricité pour éviter que les zombies n'utilisent les ascenseurs.
- Elle retrouve Jayden évanoui au 23 eme étage.



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Laugh, and the world laughs with you
weep, and you weep alone
I’m broken in my faith ; Oh, please god hear me?





Dernière édition par Gao Iseul le Sam 23 Mai - 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t517-gao-iseul-freeze-you-re
HEY BABY, THIS IS
Invité
Invité
Sam 23 Mai - 16:03

Virus, the end of the world is near
survivants & zombies
Le souffle court, armé d'une lampe torche qu'il tenait entre ses dents ainsi qu'un pistolet chargé, l'agent de sécurité observait avec la plus grande attention ce qui se déroulait sous ses yeux, encore peu habitué à l'obscurité. Il entendait de façon systématique, les hélices de la ventilation en marche qui lui permettaient au moins un peu d'air frais. Pourtant son inquiétude était bien difficile à dissimuler. La ville tout entière n'était plus qu'un cimetière, dont les habitants se délectaient de chaires et de sang des survivants. Il les avaient vu à l'œuvre dans le grand hall du Walkerhill. Sans une once d'humanité encore présente, ils se dirigeaient férocement sur chaque victime potentielle présente sur leur chemin avant de les gober comme du vulgaire bétail. Et si le met leur convenait à merveille, même le ventre plein, ils trouvaient toujours la force d'en manger d'avantage. Les balles ne servaient à rien sauf plongé dans leur boite crânienne, sinon, ils se remettaient debout comme si de rie n'était. Ce qu'il se passait entre ses murs lui glaçait le sang mais puisqu'il lui restait encore une possibilité d'être en vie, il n'allait pas la gâcher. Son autre main tenait fermement, une barre en fer forgé coupante à son extrémité. Au cours de ces dernières heures, il fut le témoin de leurs habitudes. Le bruit attirait leur attention alors au moindres faux pas, il risquait sa vie. Un premier zombie croisa sa route lorsqu'il traversait un long couloir à la recherche d'une connaissance dans le poste de visionnage des lieux. Aussitôt, mâchoire devant, cris monstrueux, la bête s'approchait de lui dans l'idée de manger encore et encore. Car sa chemise, encore présente sur cet amas d'os, était marquée de trace de sang. Sans parler de cette bouche qui contenait encore quelques restes de son précédent repas. S'il n'avait pas eu le cœur solide, il en aurait déverser le contenu de son estomac proche du mur qui le soutenait. Son regard se fit plus dur. Il attendit un instant que la chose se rapproche pour éviter de perdre une balle puis, lorsqu'il suffisamment près de lui, lui enfonça la barre de fer entre ses deux yeux. Il n'avait plus aucune retenue. Seul, l'instinct de survie guidait ses propres gestes.

Revenir en haut Aller en bas
HEY BABY, THIS IS
Hwang Jayden
HERE SINCE : 17/04/2015
MESSAGES : 570
avatar
SEXY & DANGEROUS ADMIN
Sam 23 Mai - 23:49

TROUBLE, OUR DESTINY





J'avais une drôle d’impression, à la fois de confort et de gêne. Je me sentais flotter dans un cocon duveteux tel un enfant dans le ventre de sa mère. Et pourtant, quelque chose m’appelait au loin et mon corps bougeait de façon désarticulée sans que je lui en donne l’ordre. Il n’en fallut pas plus pour me faire reprendre conscience. J’ouvris péniblement les yeux, tombant nez à nez avec une jeune femme. Je plissais les yeux pour améliorer ma vue, mais mon cerveau ne voulait pas fonctionner correctement. C’était le son de sa voix qui me permit de la reconnaitre. « Iseul, c’est toi? » Je me redressais en position assise, en prenant appuis sur mes mains avant de me frotter les paupières. « Je me sens bizarre… » Je secouais la tête pour essayer de reprendre les commandes. Ce qui marchait quelque peu. La jeune femme avait l’air inquiet. Je jetais un coup d’œil aux alentours, la pièce était complètement retournée. « Qu’est ce qui s’est passé ici ? » A peine ces mots avaient franchis les remparts de mes lèvres que tout me revint. Le rendez-vous d’affaire avec les japonais. Toujours les japonais. Il fallait vraiment que je fasse quelque chose contre eux. La gorgée de thé que j’avais bu, celle de trop. Une bagarre avait éclaté avant que je ne m’effondre. Sans doute avaient-ils du me droguer. « Les enfoirés ! » hurlais-je en tapant du poing sur le sol. La colère en moi montait peu à peu. Comment avaient-ils pu oser me faire ca ? J’allais le faire payer et vite ! J’attrapais le bras d’Iseul pour tenter de me relever. Heureusement, l’adrénaline me permit de ne pas trop souffrir du mal de tête qui me frappait. De Rage, je me précipitais vers mon bureau, cherchant après mon 9mm dont je ne me séparais jamais. J’avais beau fouiller, je ne trouvais rien. Nouveau coup de poing sur la table en bois, cette fois. « Ils ont osé… » Je grinçais des dents, me dirigent avec la baie vitrée, cherchant un point à l’horizon. C’est à ce moment que je compris que quelque chose clochais. C’était l’apocalypse à l’extérieur. Inquiet, je me tournais vers ma protégée. « Il se passe quoi exactement ? » J’avais dormis combien de temps pour que le monde extérieur change autant ?


23ème étage - 02h10.


-Jayden était dans les vaps quand tout s'est déclenché et se réveille en compagnie d'Iseul.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Donnes-moi de l'espoir !
On a tous une personne qui est notre soleil pour égayer nos journées et une autre, qui est notre lune pour éclairer l'obscurité de nos nuits. Je ne peux imaginer ma vie sans l'une d'entre elle. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HEY BABY, THIS IS
Choi Ha Na
I LIVE : Seoul
WORK : actrice
I'M CRAZY ABOUT : Je le suis déja assez sans DC
HERE SINCE : 27/04/2015
MESSAGES : 320
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Dim 24 Mai - 19:18




 Mini Event - Virus, the end of the world is near 


De toute sa carrière, on ne lui avait jamais proposé un rôle dans un film apocalyptique. Choi Ha Na en tueuse de zombies ? La bonne blague ! Non, elle pouvait jouer bien des rôles, mais sûrement pas ça. Pourtant, c'était bien cette même Ha Na qui tenait fermement un katana dans sa main. C'était un cadeau d'un riche japonais qu'elle avait rencontré, le genre d'objet qu'elle avait entassé dans son garage, elle n'avait jamais pensé que celui-ci lui servirait un jour et pourtant désormais il lui était devenu indispensable. Ha Na était beaucoup moins douée que Michonne dans Walking Dead mais elle était encore en vie ce qui dénotait du miracle. Elle ne devait sa survie à personne, étrangement aucune bonne âme n'était venue à sa rescousse. Elle avait fini par se dire qu'ils devaient être occupés ailleurs à tenter de sauver leur propre vie. Pendant quelques jours, ceux qu'elle avait passé enfermée chez elle, Ha Na s'était même mise à rêver de voir arriver Dae Hyun en mode chevalier sans peur et sans reproche, mais la seule chose qui était arrivée à sa porte ressemblait plus à d'horribles morts vivants qu'à son ex-partenaire de drama.

Désormais, Ha Na ne pouvait compter que sur elle-même et sur son cher Pascal. Elle n'avait pas tout perdu, son chien était encore avec elle et c'était en partie grâce à lui qu'elle tenait. Il n'avait pas hésité à sauter sur des zombies pour défendre sa maîtresse et par chance il semblait ne pas avoir été touché par le virus. Pendant des jours elle avait pleuré les personnes qu'elle avait perdues, désormais, il était temps pour elle de se battre pour survivre. Elle songeait à fuir Séoul pour se rendre dans un endroit plus désert où elle espérait trouver moins de zombies. Pour le moment, elle était cependant loin d'avoir trouvé une solution pour quitter la mégalopole. Comme d'autres, elle avait trouvé refuge à l'Hotel Plaza, mais ne connaissait personne. Certains étaient en groupe, mais Ha Na était seule. Elle ne faisait parti d'aucuns groupe et continuait son petit bonhomme de chemin en repoussant les limites de son courage.

Il était 00h20, le courant était coupé depuis quelque temps déjà. La jeune femme avait réfléchi longuement avant de quitter sa chambre. Elle avait jugé le pour et le contre avant de se décider à bouger pour quitter l'environnement sécurisé de sa chambre d’hôtel. Ha Na était affamée, si elle voulait continuer à survivre, elle devait manger. Le seul moyen de se nourrir était de se rendre dans les cuisines de l’hôtel en espérant que tout n'ait pas été dévalisé. Sa lampe torche à la main , Ha Na avançait doucement dans les couloirs. Elle venait d'arriver au deuxième étage quand Pascal hérissa le poil avant de laisser échapper un grognement sourd. Deux zombies ne mirent pas longtemps à arriver. Elle ressentait toujours cette même détresse, mais celle-ci était rapidement effacée pour laisser place à l'instinct de survie. Elle trancha la tête au premier et plongea sa longue épée dans le crâne du second. Désormais, ça ne la dégoûtait même plus. Elle enjamba les corps et reprit sa route.

Plus elle avançait et plus elle comprenait l’extrême dangerosité de la situation, il y avait de plus en plus de zombies. C'était décidé, elle passait par les cuisines et se dirigerait ensuite vers le parking pour se trouver une voiture, elle devait obligatoirement quitter cet endroit. Une fois arrivée dans la cuisine, qui par chance était vide, Ha Na plongea la tête dans le garde-manger et commença à remplir son sac. Pascal attira son attention, il grognait et fixait l'entrée sud. Laissant échapper un soupire, elle referma fermement sa main sur son arme prête à bondir sur le zombie qui n'allait pas tarder à faire son apparition.

Hotel Plazza ,00H44, Cuisine


coded by NeverSky

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


J’ai vu cent paires d’yeux aujourd’hui, mais ma journée ne commence vraiment qu’en regardant dans les tiens…
© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HEY BABY, THIS IS
Dyun Kyang Ja
I'M BORN : 06/06/1990
ÂGE : 28
WORK : Garagiste & Croupier
HERE SINCE : 22/04/2015
MESSAGES : 79
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Dim 24 Mai - 21:38


Virus, the end of the world is nearDyun Kyang Ja & SMK zombie land


Je ne laisse aucune chance à toutes ses têtes que je croise. Ma batte en main je frappe de toutes mes forces. Je pourrais paniquer, je pourrais penser à mes proches. Je pourrais même être mort de trouille mais je suis bien trop high avec les merdes que j’ai prise pour avoir la moindre cohérence entre ce qui se passe dans ma tête et la réalité. C’est d’ailleurs un miracle que je sois encore vivant. Mais j’ai toujours fait fuir tout le monde, pas étonnant que la mort me fuit aussi.  J’ai l’impression d’être dans un jeu vidéo et c’est avec un certain entrain que je passe de zombie en zombie pour leur éclater la tête. Sérieusement je prends grave mon pied. Je fais de Strike de leur tête et si je m’étais toujours imaginé affronter l’apocalypse en courant dans tous les sens c’était désormais plus comme party anthem. Je n’étais pas très doué avec mon shuffling mais je suis sûr que j’apprendrais vite. Le sang n’était que de la peinture pour moi, et les morceaux de cervelles et d’os qui giclaient dans tous les sens n’étaient que de très bons effets spéciaux. J’étais persuadé que j’allais me réveiller et que ce n’était rien de moins qu’un nouveau concept de jeu en 3D mais malgré tout j’avançais dans la vie comme un ninja en gloussant comme un gamin. J’étais couvert de sang et l’adrénaline qui courait dans mes veines me rendaient alerte et sur le qui vive. Je n’arrivais pas à me retirer cette désagréable impression de réalité qui me collait à la peau. Je transpirais et j’avais chaud sous l’effort que j’accomplissais. Je pensais n’avoir aucun but précis mais je finis par m’échouer devant le grand plazza, lieu que je ne connaissais que trop bien puisque je travaillais au casino. Et je savais qu’au Casino se trouvait Jayden et Kalaya. C’était suffisant pour moi pour tenter d’entrer dans l’hotel. Je commençais à avoir la tête qui tourne et l’effet des cachets se dissipant j’avais le corps lourd et dangereusement maladroit. Je soufflais comme un bœuf et chacun de mes pas devenaient difficile. J’avais froid et mon t-shirt me collait à la peau. L’entrée était prise d’assaut par je ne sais combien de zombies qui n’allaient pas tarder à me tomber dessus s’il me repérait. Soudain un zombie tourna la tête vers moi et je lâchais dans un râle rauque « Putain mec, sérieux ? » il fit un pas vers moi, puis deux avant de se mettre à mettre à courir sous ma surprise. Sans plus attendre je me barrais dans l’autre sens pour tenter de le semer. « Enculé ! Depuis quand tu sais courir ?! » Couinais-je. Puis ce bâtard courrait plus vite que moi et il n’allait pas tarder à me chopper. Au détour d’une ruelle je me stoppais brusquement et attendit qu’il arrive pour lui éclater la tête en pleine course de ma batte. « Tu cours vite mais t’es toujours aussi con connard. » Marchant sur ce qui reste de ce morceau de viandes en décomposition j’essayais à nouveau les téléphones sans grand succès. Pourquoi faut-il toujours que les lignes téléphoniques se crashent quand tout le monde crève. Grimpant sur une camionnette face au plaza j’agite un grand bout de tissu qui trainait au sol dans ce décor apocalyptique et l’agitant devant les grandes baies vitrées en espérant attiré le regard de quelqu’un.


PLAZA - 01h10.


-KJ se croit dans un jeu vidéo complètement high
-KJ s'éclate avant de comprendre la situation
-Se rend au plaza pour tenter de croiser Jay ou Kala
-Il se fait courser par un zombie qu'il éclate
-Agite un drapeau devant les grands fenêtre de l'hotel perché sur une camionnette pour attirer l'attention d'un vivant à l'intérieure

© Lady

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t67-dyun-kyang-ja-welcome-t
HEY BABY, THIS IS
Invité
Invité
Lun 25 Mai - 3:08

Virus, the end of the world is near.





EJ’étais de service le soir où tout a commencé. Comme chaque jour, je poussais discrètement les clients à dépenser tout leur fric au jeu. En plus de mon boulot de croupière, j’étais une excellente arnaqueuse, et je n’avais plus besoin de faire mes preuves pour que l’on me prenne au sérieux. Je me souviens qu’une femme était entrée dans la salle de jeux en hurlant tout l’air de ses poumons. Dans un premier temps, la plupart ne firent que la fixer, la prenant sans doute pour une folle. J’étais de ces gens-là. D’autres essayèrent de la calmer. Sans grand succès. D’autres hurlements se firent échos, puis ce fut le chao. Le premier monstre de leur espèce s’introduit dans la grande pièce, se jetant sur une pauvre victime ne comprenant pas ce qui se passait. Elle lui arracha un morceau de chair à même le cou, faisant gicler le sang. Il eut un silence pendant lequel mon cerveau bloqua ce qu’il venait de voir, refusant d’admettre la vérité, avant que la foule ne coure en tous sens cherchant un quelconque échappatoire. Un autre monstre pénétra et agit de la même manière. En moins de quelques secondes, l’immense lieu s’était transformé en scène apocalyptique. Les personnes qui avaient été mordu quelques minutes auparavant se relevèrent comme si de rien était. L’un d’eux avait les instincts qui ressortaient de son ventre. Cette image-là, mon cerveau l’intégré parfaitement. Un haut le cœur me prit avant que je ne rejette mon petit déjeuner. Une fois la nausée passée, j’essayais de me ressaisir. Des clients me poussèrent dans leur précipitation, me faisant tomber sur le sol. Je pestais, les insultants sans aucune retenue. Très mauvaise idée ! Cela attira l’attention d’un zombie qui fonçait droit sur moi. Je remerciais intérieurement Ryu à m’avoir appris les bases de combat et le maniement du couteau, ce qui m’aida à éviter aisément la bête et de sortir le canif que je gardais toujours sur moi rapidement pour le planter directement dans le cerveau. Etonnement, l’arme rentra comme dans du beurre. J’entendis qu’un léger craquement d’os et le mort vivant tomba de tout son poids sur moi. Je m’extirpais tant bien que mal, les vêtements emplis d’une substance poisseuse qui sentait le pourri. Je retroussais le nez dans une grimace avant de me redresser, le couteau à la main.

La suite, elle fut assez simple, mais très périlleuse. Avec l’aide des survivants, on nettoyait les lieux en piochant diverse armes dans l’armurerie. C’était pratique d’être attaqué dans le repère des mafieux de la ville. On s’était arrangé pour bloquer les ouvertures pour éviter que les autres zombies n’entrent à l’intérieur. On avait mis en place un tour de garde. Tout allait pour le mieux, jusqu’’il y a une heure où l’électricité fut coupée et qu’un traitre parmi nous s’enfuit, laissant les portes grandes ouvertes derrière lui. On avait tenté de les refermer, mais le temps que l’on se rende compte de ce qu’il se passait, une vague de montres avaient envahi les lieux et il devenait impossible de lutter. On perdit pas mal de monde à ce moment, il ne restait plus qu’à fuir pour survivre. Avec un petit groupe, on réussit à se retrancher dans les étages, dans une pièce où se tenait le bar secondaire du casino. On avait barricadé l’entrée, mais combien de temps allons-nous pouvoir rester ici ? Sans nourriture. Juste de l’alcool et des armes ? Pas bon mélange selon moi. Alors que je me tenais devant la fenêtre, essayant de garder la tête froide pour ne pas tourner en rond comme un lion en cage, je remarquais une chose blanche bougé en contre bas. Je plissais des yeux pour améliorer ma vue et reconnu Kyang Ja debout sur une camionnette. « Gosh ! Qu’est-ce qu’il fout là, ce con ? » Instinctivement, je caressais le tatouage en forme de couronne que j’avais sur le poignet. Une horde de zombie se dirigeait vers lui. Je ne pouvais le laisser là. De plus, le connaissant, il devait sans doute se croire dans un jeu vidéo ou dans un autre monde si il s’était drogué. Je jetais un coup d’œil vers les portes du casino, qui était bondés de silhouettes désarticulées. Je pestais, avant de me précipiter vers le bar où j’attrapais un sac dans lequel j’entassais une collection complète de bouteilles d’alcool blanc, quelques serviettes et un briquet que je glissais dans ma poche. Le sac sur le dos, j’attrapais un flingue que j’accrochais à ma ceinture et mon bon bâton de combat. Riez pas ! Ca peut faire mal ! Une fois parée, je demandais si quelqu’un souhaitait m’accompagner, avant de prendre la route. Je me fis la plus discrète possible, me cachant quand je le pouvais et attaquant quand il le fallait. La plupart du temps, ces monstres étaient tellement bêtes que si on ne bougeait pas, ils ne nous remarquaient même pas.

Arrivée dans le hall, ca copulait de partout. Je m’approchais le plus possible avant de me planquer derrière le guichet d’accueil, où je pris une bouteille que j’ouvris. Je plaçais une serviette  dans le goulot et l’enflammait avec le briquet. Je sortis de ma cachette uniquement pour lancer la bouteille au milieu des bestioles. Une fois qu’elle éclatait sur le sol, elle flamba instantanément mettant le feu à tout ce qu’il y avait à proximité, aux monstres y compris.  Et c’était ca mon but premier. Je voulais faire diversion pour pouvoir faire une brèche et m’y engouffrer. Par chance, le feu avait l’air de les fasciner et ils se précipitaient tous droit dessus. Je ne perdis plus une seconde et courus vers la sortie pile au moment où les lances à incendies de l’hôtel se déclenchèrent après avoir détecter la fumée. Je filais plus vite que la lumière, me dirigeant droit vers le jeune homme, quelques zombies récidivistes au cul. Devant la camionnette, je levais une main en l’air pour qu’il s’en saisisse. « Kyangie, bouche ton cul et aide moi à grimper ! J’ai aucune envie de renaitre avec une chair en décomposition ! »


Devant le casino - 01h10.


- Kalaya était de service quand les premiers zombies à attaquer.
- Avec l'aide de d'autres survivant, ils ont barricadé l'entrée du casino et se sont organisé des tours de garde.
- Un traitre parmi eux à pris la fuite, laissant les zombies entrer dans le bâtiment et des gens sont morts.
- Les derniers de son groupe ont trouvé refuge dans le bar secondaire du casino dans les étages.
- Elle a aperçu Kyang Ja par la fenêtre et va le rejoindre, abandonnant son groupe et suivit de ceux qui voulaient l'aider.
- Elle a forcé le passage à coup de cocktail monotov et se retrouve sur le toit d'une camionnette avec le jeune homme.


Revenir en haut Aller en bas
HEY BABY, THIS IS
Invité
Invité
Mar 26 Mai - 13:41

VIRUS, the end of the

world is near ...




Previously on the VIRUS, the end of the world is near

Lorsque le commencement de la transformation se fût, j'étais tout simplement dans mon bureau, pratiquement seul, entrain de peaufiner les nombreux dossiers qui m'avaient été rendu par mes secrétaires, la radio qui passait du classique pour m'apaiser, un café non loin de ma main droite au cas où. Je les épluchai un à un avant d'entendre des hurlements qui provenaient du deuxième étage. Je fronçai les sourcils en regardant la porte de mon bureau luxueux. Puis plus un seul bruit. Je repris mes affaires jusqu'à ce que j'entende d'autres cris. Les employés s'amusaient donc ? Ne savaient-ils pas que j'étais présent ? Pensaient-ils que j'allais les laisser faire les marioles alors qu'ils étaient payés double à cette heure tardive de la soirée ? Je pris un grand bol d'air, prêt à les engueuler de tout ce boucan qui ne faisait que de me déconcentrer. Je laissai donc mon siège en cuir pour m'approcher de la porte lorsque la radio vint à grésiller. Je m'arrêtai alors et tournai la tête vers celle-ci avant d'entendre les forces militaires elles-mêmes couper le refrain de Vivaldi. Une annonce officielle passa juste avant que des cris plus proches ne fassent apparition à mes oreilles. Des cris, mais également des pleurs et des paroles qui ne me rassuraient guère : ils étaient là. Connaissant l'entreprise et les moindres recoins de ce foutu building, je me préparais mentalement à courir vers l'endroit où une vitre brisée pourrait me donner une hache en cadeau. J'étais prêt à sortir mais l'annonce continua l'hôtel Plazza était le premier lieu sûr qui était cité puis vint la moitié du nom du Paradise Walkerhill que je connaissais de par la connaissance du barman, ainsi que mes nombreux dollars qui passaient de temps à autre dans les jeux de casino. Là, le croupier pouvait le dire : plus rien n'allait plus. La radio se coupa elle aussi, en manque de batterie sûrement et l'éclairage de la Wang Ads s'arrêta brutalement. Par déduction, l'hôtel Plazza était le premier à avoir été cité, c'est donc là-bas que je me rendrais. Mon bolide sport était garé au sous-sol, je n'avais plus qu'à prendre l'ascenseur … Du moins, c'est ce que je pensais pouvoir faire. La lampe torche dans l'un de mes tiroirs en mains que j'avais été cherché, le temps que certains de mes coéquipiers se faisaient sûrement bouffer au bout du couloir. La lampe torche en main, j'ouvris la porte de mon bureau, ne me sentant aucunement rassuré, du moins seul, comme ça. J'aurais été plus à l'aise si ma secrétaire personnelle fût avec moi à ce moment précis. D'ailleurs, je m'en voulus un peu de l'avoir laissé s'en aller comme ça, sans lui proposer un café à elle aussi. A l'avenir, j'y penserai. La porte s'ouvrit donc à un couloir vide, la hachette se trouvait du côté des bureaux en plein milieu. Je n'avais qu'à courir pour aller l'attraper. Seulement, les cris laissèrent place à des grognements et rapidement, je sentis le roussi venir à moi. La horde d'employés qui était restée veiller tard n'était plus qu'une masse de morts-vivants à moitié ensanglantés. L'odeur me répugnait, et ma main vint directement sur mon nez pour continuer à avancer d'un pas plus rapide. Seulement, ma lampe torche se posa sur l'un de ses décérébrés qui se trouvait à quatre mètre de moi, c'était le seul pour l'instant mais le reste suivit. Ils n'étaient pas bien rapide et ma torche vint alors se poser sur le mur pile à l'endroit où la hachette était postée. Je n'avais plus le choix. Reculer m'était impossible, j'étais à deux doigts d'avoir une arme … Une arme … C'était la première fois que j'avais envie de me retrouver une arme à la main, serais-je puni pour ça ? Bref, la réflexion ne fût que de courte durée et je courrus, courageusement, vers cette horde qui marchait à pas lents vers moi alors que j'arrivais à mon seul secours. La lampe torche m'aida à casser la vitre du bout arrière et je la pris au moment où je me fis attraper le bras par un de ses foutus secrétaires au cerveau mou, la hachette dans l'autre main, c'est sur le côté du crâne que je visai avant de le laisser me lâcher, mort pour de bon sur le coup. Mes potes m'avaient trouvé bizarre d'aimer les films où les zombies envahissaient le monde, aujourd'hui, ça me servait plus qu'autre chose. Je reculai alors rapidement pour accéder à l'ascenseur qui, malheureusement fût en panne. En y réfléchissant, si la Wang Ads n'avait plus de courant, l'ascenseur ne serait pas fonctionnel également. Je dûs prendre les escaliers de secours et me ruer alors à courir les dizaines d'étages pour atterrir finalement au sous-sol, parking où toutes les voitures étaient rangées. La mienne ne fût pas très loin et les zombies commençaient déjà malgré tout à envahir tous les étages de la Wang Ads. Pourtant, je ne pensais pas à ma carrière à ce moment-là, mais plutôt à la hachette qui se trouvait sur la place du passager, empli de sang d'une couleur rougeâtre. Je regardai longuement cet objet avant qu'un mort vivant ne vienne taper sur ma vitre blindé. Il me fit sursauter. J'avais beau être un grand chef d'entreprise, j'avais moi aussi mes peurs et le courage que me demandait mon boulot n'avait strictement rien à voir avec ce que l'on me demandait d'entreprendre. Mon but me revint alors en tête : l'hôtel Plazza.

Now on the VIRUS, the end of the world is near

Le poste radio grésillait, mais il était toujours possible d'entendre l'annonce en boucle que passait la compagnie militaire. D'ailleurs, étaient-ils tous sur les rangs eux aussi pour nous sauver, où se cachaient-ils dans un endroit clos alors que leur message devait, depuis un moment déjà passer sur les chaînes les plus écoutées ? Où tout simplement, étaient-ils déjà morts comme des cons ? J'aurais pu avoir  plusieurs amendes pour avoir grillé des feux rouges, ne pas m'être arrêté à des stop, ou avoir laissé un temps mort pour chaque cédez-le-passage … Mais là, ce n'était pas le moment d'être raisonnable et c'est sur le parking du Plazza que je me garai rapidement, les zombies ayant pris possession de l'avant de l'hôtel, ce n'était plus qu'une question de chance : quelqu'un m'ouvrait, ou alors je mourrai. La hache à la main, des zombies frappaient à l'une des portes et j'entendais, malgré les grognements un chien, derrière la porte, hurler contre les bêtes qui lui faisaient sûrement peur. Mon courage à la main, je vins derrière les deux sauvages pour les amocher avant de frapper à la porte comme un humain. Un petit geste en morse. Toc, toc toc toc, toc, toc toc. Un zombie ne pouvait pas faire ça, rassurez-moi ?

« Y'a quelqu'un ? »

Je n'eus pas de réponse pendant un long instant, et sur le côté, j'entendis des morts-vivants venir faire le tour de l'hôtel. Encore eux.

« Ecoutez … Si y'a quelqu'un qui m'entend … Je ne suis pas mordu, j'ai une voiture et si ce n'est plus sûr ici, on peut trouver un moyen de s'arranger pour arriver au casino, il paraît que c'est sûr et … Oh puis merde, vous croyez qu'on a le temps ? Soit vous m'ouvrez, soit j'me fais bouffer ! »

Soudain, la porte s'ouvrit et je pus entrevoir une jeune femme qui m'attira à l'intérieur du bâtiment. Je la regardai et la remerciai grandement, même si ce n'était pas mon genre d'être courtois, les choses étaient différentes à l'heure d'aujourd'hui.

« Ting Yu, Wang Ting Yu. »

Ma main vint à elle pour la saluer, une fois que j'eus changé de place la hachette qui, jusque là, m'avait sauvé la vie. Elle s'appelait Ha Na et je fus enchanté de voir une survivante dans les parages à dire vrai.

« J'ai entendu à la radio que le Plazza était sûr mais, en vous voyant, j'ai l'impression que vous essayez plutôt de le quitter, non ? Si vous avez de quoi vous battre, on peut avoir les gugusses qui se trouvent dehors et qui approchent de la porte qui mène au parking … J'ai une bagnole. »

Je regardai autour de moi, l'endroit ressemblait à une cuisine et la jeune femme portait un sac à dos. Des provisions sûrement. Je baissais alors les yeux pour réfléchir et lui proposai alors un marché.

« On ne sera sûrement pas seuls au casino, alors si on s'occupe des morts-vivants dehors, on aura le temps de mettre plus de provisions dans la bagnole, non ? »


Résumé : Plazza 00:54

- Wang Ads est infestée de zombies
- Ting Yu s'est échappé par l'escalier de secours : lampe torche, hachette, bagnole
- Il se retrouve au PLAZZA et entend un chien aboyer, il tue les deux mordeurs près de la porte et frappe
- Il Rencontre Ha Na dans la cuisine et se présente
- Il lui propose de tuer les zombies du parking qui arrivent avant de ravitailler la bagnole de vivre avant de se diriger au casino.






Dernière édition par Wang Ting Yu le Mer 3 Juin - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HEY BABY, THIS IS
Choi Ha Na
I LIVE : Seoul
WORK : actrice
I'M CRAZY ABOUT : Je le suis déja assez sans DC
HERE SINCE : 27/04/2015
MESSAGES : 320
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Jeu 28 Mai - 20:58




 Mini Event - Virus, the end of the world is near 

Le virus avait commencé à frapper depuis plus de 72 heures. Si au départ, la jeune femme avait espéré que l'état vienne à son aide, elle avait rapidement compris que sa survie dépendait uniquement d'elle et de sa volonté à ne pas se laisser abattre. Si elle souhaitait voir le jour suivant, elle se devait de donner tout ce qu'elle avait. Cependant, elle n'était pas assez idiote pour penser continuer comme ça pendant très longtemps. Si elle prenait la route, elle devait obligatoirement prendre de la nourriture et de l'eau pour aller le plus loin possible dans son périple sans avoir besoin de se ravitailler. Franchement, elle n'avait aucune idée de l'endroit où elle devait se rendre. Elle ne possédait qu'une vague intuition : se rendre dans un endroit si possible inhabité sans pour autant se retrouver perdue. Dommage pour elle, Ha Na était complètement nulle en géographie. La jeune femme ne savait même pas lire une carte. Elle en une au fond de son sac, mais celle-ci ne lui servirait pas tant qu'elle ne serait pas en dehors de Séoul, encore fallait-il qu'elle comprenne où se trouvait le nord et le sud.

Ha Na se surprenait, elle n'avait jamais pensé être capable de pouvoir survivre à ce genre de scénario. Quoiqu'en vérité, elle n'y avait jamais vraiment pensé. Quand son frère passait du temps chez elle, il ramenait toujours avec lui la dernière saison de la série américaine The Walking Dead. Une série que la jeune femme appréciait, mais elle n'aurait jamais pensé que cela puisse devenir réalité un jour. En tout cas, point positif, elle avait grâce à la série appris pas mal de trucs de survie, comme tuer les zombies en visant la tête. Elle avait essayé plusieurs méthodes, mais la meilleure restait tout simplement de leur exploser le cerveau d'une manière ou d'une autre, c'était la seule chose qui les faisait arrêté. Elle en avait vu réussir à se traîner avec plus qu'un seul bras…

La demoiselle ressentait un profond sentiment d'injustice, elle ne comprenait pas comment le monde avait pu en arriver là. Un virus pouvant réduire l'espèce humaine en zombies ? Le monde devait être sérieusement mal pour en arriver là. Lors de ses nuits très courtes, elle pensait souvent à ce qui avait pu provoquer cette épidémie. Elle arrivait toujours à la même réponse, vu la capacité de l'homme à détruire tout ce qu'il possédait, il n'aurait été pas surprenant que le virus soit une création humaine et qu'il ait échappé à tout contrôle. En poussant encore plus dans sa réflexion, elle s'était même dit qu'il s'agissait peut être d'un moyen pour contrôler la population est éradiquée un nombre considérable de personnes sur terre, mais en vérité ça n'avait pas d'importance. Qu'importe la raison qui avait pu entraîner la propagation de ce virus, elle devait faire avec maintenant, se ronger les sangs et tenter de trouver une explication ne l'aiderait pas à survivre. Si elle avait été plus intelligente et brancher science, elle aurait pu se lancer dans la recherche d'un vaccin, mais elle était bien trop nulle pour ça. Non, la seule chose qu'elle pouvait faire c'était tenir un jour de plus, en espérant qu'un jour elle puisse rencontrer une personne de son entourage, voir un total inconnu avec qui faire la route. Seule, elle n'avait pas beaucoup de chances de survivre très longtemps.

Pascal était son protecteur, sans lui elle serait morte depuis pas mal de temps déjà. Son chien n'avait jamais hésité à lui porter secours. La plus grande peur de la demoiselle ce n'était pas de se faire dévorer par un zombie, mais de voir son chien mourir sous ses yeux sans pouvoir agir. Elle avait déjà tant perdu, perdre Pascal la détruirait. Le comportement de Pascal lui permettait de garder une certaine avance sur les zombies, il les sentait de loin et avait rapidement appris à les fuir. Alors quand il grognait comme ça en fixant une porte, la jeune femme était tout sauf rassurée. Ha Na échappa un juron silencieux, elle n'avait même pas eu le temps de remplir complètement son sac. Elle prit quelques secondes pour réfléchir à la meilleure méthode : fuir  ou continuer de remplir. Elle opta pour la deuxième en priant pour que la porte tienne. La jeune femme venait de réussir à remplir son sac quand un bruit surprenant attira son attention. Elle n'entendait plus les grognements, ceux-ci avaient laissé place à un son plus étrange, comme si quelqu'un frappait à la porte. Terrifiée, il fallut quelques instants à la jeune femme pour se décider d'agir. Un zombie ne pouvait pas frapper à la porte, mais ça pouvait être un ménopausé, enfin si c'était comme ça qu'on les appelait encore. Voyant, son chien se radoucir un peu, elle ouvrit la porte prête à trancher une tête au passage. Quand son regard croisa celui de l'homme en face d'elle , Ha Na n'hésita plus très longtemps et le tira fermement vers elle avant de refermer la porte derrière eux. Elle l'inspecta rapidement, il semblait sain, tout comme elle, il était un survivant. Ha Na avait l'impression de ne même plus savoir parler à un être humain. Cela ne faisait pourtant que 75 heures qu'elle n'avait pas adressé la parole à un humain, mais cela lui semblait être une éternité. « …. Je m'appelle Ha Na » Son nom de famille n'avait plus d'importance désormais, encore moins son statut. Ha Na commençait tout doucement à se radoucir, elle glissa son arme dans son fourreau avant de laisser plus d'air à Ting Yu. Un long soupir s'échappa de sa bouche quand elle l'entendit parler de la sécurité des lieux. « Ça l'a été pendant trop peu de temps. Il y a trop de zombies, la sécurité a perdu le contrôle depuis pas mal de temps déjà, il faut partir et rapidement. » Quand il évoqua le fait d'avoir une voiture, Ha Na laissa échapper un léger sourire, enfin l'espoir revenait. Elle espérait juste que sa voiture ressemble plus à un énorme 4x4 qu'à une décapotable. Elle se voyait plus voyager dans une voiture pouvant écraser des zombies que dans une voiture plus citadine. « Ils arrivent par vague, on ne pourra jamais tous les contenir » . Ha Na se pencha et attrapa son second sac, celui qu'elle n'avait pas rempli pour éviter de se surcharger. « On remplit ce sac et on s'en va , plus vite on sort d'ici, plus on a la chance de s'échapper en vie. Ça va pas être facile ! » Ha Na était lucide, elle savait qu'il y avait une forte chance pour qu'ils n'en réchappent pas, mais ils devaient tenter le coup. Elle ne se confiait jamais aux étrangers, alors confiait sa vie, mais elle n'avait pas le choix et elle préférait continuer avec quelqu'un que toute seule. « Il faut prendre des denrées non périssables, elles nous dureront plus longtemps » dit-elle tout en aidant son collaborateur à remplir le sac.

« On devrait y aller maintenant… » Ils avaient déjà eu une chance folle d'arriver ici en vie. Maintenant une question demeurait où allaient-ils . « Où votre voiture était elle garée ? Je pensais aller au parking sous terrain, vu le nombre de voitures, il y a de fortes chances qu'on trouve un véhicule costaud qui puisse passer sur tout ce qu'on va trouver sur la route, mais peut-être que votre voiture suffirait. Si vous êtes arrivé jusqu'ici le chemin est peut être plus facile que si on descend au sous-sol » Ha Na n'eut pas vraiment le temps de continuer son discours, une dizaine de zombies fit son apparition par une porte annexe. Sans vraiment réfléchir clairement à la situation, elle tira l'homme par le bras et l'entraîna avec elle dans la grande salle du restaurant. Elle avait eu la chance d'y manger plusieurs fois, elle savait donc parfaitement où elle se situait et comment aller au parking sous terrain en passant par les chemins les moins connus. « Alors votre voiture ou on va au sous-sol ? » demanda t'elle tout en prenant un couteau qu'elle avait pris dans la cuisine et l'envoya droit devant elle. Elle avait visé dans le mille, en pleine tête, le zombie s'écroula au sol et la jeune femme en ressortit son couteau sans l'ombre d'une hésitation. Elle essuya celui-ci rapidement sur les affaires du mort vivant et se redressa prête à agir en fonction de Ting Yu.

Hotel Plazza ,00H59, Salle du restaurant


coded by NeverSky

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


J’ai vu cent paires d’yeux aujourd’hui, mais ma journée ne commence vraiment qu’en regardant dans les tiens…
© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HEY BABY, THIS IS
Hwang Jude
I'M BORN : 10/02/1990
ÂGE : 28
I LIVE : à Gangnam, au-dessus de l'Underground baby !
WORK : Barmaid & propriétaire de l'Underground bar.
I'M CRAZY ABOUT : Ahn Haru la pauvre rebelle & Bang Sun-Hi la séductrice arnaqueuse.
HERE SINCE : 03/03/2015
MESSAGES : 598
avatar
HOT & FUNKY FONDA
Ven 29 Mai - 1:18

I AM, A FUCKIN' WARRIOR BABY.





C'était comme un cauchemar loufoque à souhait, devenu réalité après avoir abusé de la tequila. Ce fut d’ailleurs mon cas puisque seulement trois heures avant que les nouvelles n’envahissent Séoul, je me torchais la gueule à l’Underground en compagnie de Gaby. C’est au moment où, après un mètre de shooters et quelques insultes balancées dans le vide, que j’avais sentie une masse me tomber dessus. Hurlant en envoyant mes poings valser sous le coup de l’ivresse, je m’étais trouvée face à face avec un Gaby Zombéifié à mort. Mon cri avait déchiré l’obscurité de mon bar vide et censé être fermé. J’avais pour but de me bourrer la gueule avec mon ami en attendant que le monde se calme, pensant sincèrement qu’aucun zombie ne pénétrerait dans mon fief. Mais voilà qu’après une pose caca, mon gaby était revenu avec la moitié du visage déchiré, voulant me croquer un bout d’oeil comme si j’étais un apéritif sur patte. C’est à ce moment là, après avoir explosé la tête de mon ami avec un tabouret de bar, que j’étais parti chercher des munitions dans le sous-sol de l’Underground. En prévention d’une quelconque guerre mondiale, j’y avait disposé tellement d’armes que ça en devenait presque flippant. Evidemment, ça joue d’avoir son frangin dans un des plus gros Gang de la Corée du Sud. J’avais un contacte très prometteur, vendeur d’armes, qui m’avait fait don de quelques petits bijoux de la guerre de Corée.

Voilà comment j’en était arrivée à me foutre un sabre de samouraï dans le dos, deux 9mn sur chacune de mes cuisses (fermement tenus par des jarretelles en cuir) et pour finir, un magnifique AK47 autour de mon buste. J’aurais tant voulu chopper le bazooka du placard du fond, mais ma force me l’interdisais. Je n’avais pas réussi à mettre la main sur le zombie qui avait déchiqueté mon Gaby et pourtant je sautais sur une moto abandonnée pour me diriger vers le seul endroit où je pensais être en sécurité. « Jay. » Je n’avais que ce prénom en tête, celui de mon frère. Si il lui arrivait quoique ce soit, j’allais définitivement butter tout le monde. J’enfourchais le deux roues en direction de l’hôtel de luxe, dépassant des hordes de zombies entrain de s’en prendre à la populace. « Bande de batards dégénérés ! » Hurlais-je en les dépassants à plus de cent kilomètres à l’heure, en fauchant quelques uns au passage. J’arrivais en trombe en face du Plazza, sautant de ma moto de fortune pour la laisser s’exploser sur un groupe de zombie qui tapaient contre les immenses portes d’entrées afin d’y pénétrer. A en voir le grabuge aux étages au-dessus de ma tête, ils y en avaient déjà à l’intérieur. Je me relevais en titubant, prenant mon AK47 en main pour tirer sur des zombies qui m’avaient préférée à la porte du Plazza. Je me retenais d'hurler comme une guerrière en essayant de zigouiller tout ce que je pouvais. Si je criais, j'étais trop vite repérée par tout l'immeuble entier.

C’est à  ce moment là que je le vit, ce drapeau qui s’agitait. KyangJa était aux côtés de Kala, tous deux perchés sur le toit d’une camionnette. Si ces deux-là étaient ici, Jay n’était pas loin. Je courais vers eux, légèrement chancelante, prenant un 9mn dans ma main gauche pour tirer sur les zombies en même temps qu’avec mon AK47. Je fit un saut disgracieux sur le capot de la camionnette, manquant de peu de m’éclater la gueule parterre. « Putain mais qu’est-ce que vous fouttez dehors vous deux ?! C’est l’apocalyspe ici ! » leur marmonais-je, en me demandant qu’est-ce qui avait bien pu leur passer par le crâne pour s’agiter au milieu des morts vivants.  Je leur fit un petit signe pressé : « J’rentre à l’intérieur. Faut qu’je trouve Jay. » Sur ces vastes paroles, je sautais du capot en courant vers l’entrée du Plazza, non sans butter quelques zombies au passage.

23ème étage - 02h34.

- Jude arrive à rentrer dans l’hôtel.
- Elle tente le tout pour le tout et monte au 23ème étage dans un ascenseur plein de cadavres.
- Elle y va lentement mais surement, puis se retrouve dans le placard des femmes de ménages et pénètre dans la bouche d’aération.
- Elle se déplace dans les conduits d’aération, écoutant tous les bruits autour d’elle.
- Cela lui prend plus d'1h.
- Jude fini par entendre la voix de son frère : « Il se passe quoi exactement ? ».
- Jude donne un coup de genoux sur la grille d’aération et tombe lourdement sur le bureau de Jay, se retrouvant nez à nez avec lui et Iseul.



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 
✖️ SUCK MY KISS CUT ME MY SHARE ✖️
C’est une chenille, elle rentre dans son cocon, et elle se transforme en papillon. Ouais et quand mes parents se disputaient, je rentrais dans ma couette et je lisais cette histoire encore et encore. J’en suis venu à la conclusion, qu’en sortant d’ma couette, j’voulais pas être différent. J’voulais que ce soit le monde autour de moi qui change. Skins. ©️TEDDY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t37-hwang-jude-hot-funky-se
HEY BABY, THIS IS
Kim Min Jeong
I'M BORN : 06/04/1993
ÂGE : 25
I LIVE : dans un petit 20mcarré narmol ~
WORK : licence de psycho & garagiste à temps partiel
I'M CRAZY ABOUT : first official member becoming a guy with wang nathan in may 2015
HERE SINCE : 22/04/2015
MESSAGES : 183
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Sam 30 Mai - 9:42

TROUBLE, OUR DESTINY





Elle avait cette irrépressible envie de vomir, pourtant ces gestes se faisaient automatiques, plongeant ses mains dans les boyaux du cadavre du zombie qu'elle avait défoncé à coup de clé à molette quelques minutes auparavant. Tout s'était passé si vite qu'elle ne réalisait toujours pas qu'il ne s'agissait guère d'un cauchemar mais bel et bien de la réalité. Elle plaque ses mains contre son visage, appliquant en grande quantité le sang de ce monstre sur celui-ci. Il n'y avait rien de rationnel dans ces gestes, elle ne faisait qu'agir par instinct, un instinct de survie bien plus fort qu'elle n'aurait pu l'envisager. Peut-être avait-elle trop regardé la télévision, peut-être cette idée ne serait pas la bonne, peut-être ne réussirait-elle jamais à passé incognito parmi ces mangeurs de chairs fraîches. Pourtant, pourtant, elle n'avait guère d'autres choix. Accroupie dans cette ruelle sombre, seul le cadavre de ce corps autrefois humains, lui donnait une chance de survivre. Alors, c'est en refoulant un énième haut le cœur qu'elle extirpait les boyaux du cadavre de ses entrailles de sortes à les placer sur ses épaules, tâchant bien d'imbiber ses vêtements de sang. Il fallait qu'elle rejoigne un endroit sûr, il fallait qu'elle se cache, qu'elle retrouve ses proches. Sa clé à molette en main, du sang dégoulinant sur celle-ci, elle se relevait délicatement, tachant d'agir comme l'un de ces êtres dénués de vie. Dos courbé, mains ballantes, visage figé, la jeune coréenne trainait des pieds, lentement, subtilement et ce, en direction de la rue principale. Celle qui l’emmènerait au plaza hôtel. Elle croisa quelques morts vivants, qui ne semblèrent guère lui porter une quelconque attention bien trop occupé à renifler l'air et à gémir. Son corps parcourus de frissons, la jeune orpheline tentait tant bien que mal de se calmer, de contrôler la peur qui s'était emparé d'elle, toujours en marchant priant pour ne guère tarder à rejoindre l'hôtel. La nuit était déjà tombé depuis un moment, peut-être trois heures, ou quatre. Elle n'avait plus aucune notion du temps et l'obscurité ne lui facilitait guère la tâche. Puis elle le vit, ce drapeau blanc qui flottait dans les airs, ou plutôt que quelqu'un semblait agitait du haut d'un camionnette. Elle aurait aimé courir, hurlé à ses personnes qu'elle était humaine cependant elle savait que se permettre une telle réaction, signerait son arrêt de mort. C'est donc le cœur battant à tout rompre et tentant d'accélérer un tout petit peu ses pas, qu'elle se dirigeait vers cette camionnette, tentant de distinguer les personnes s'y trouvant déjà.

Une goutte, la jeune garagiste leva les yeux au ciel, surprise. Une seconde goutte, et le sang sur son avant bras laissait place au rose clair de sa chair. Une troisième goutte, puis une quatrième et voici qu'elle commençait à courir, réalisant que le sang ne la protégerait plus longtemps. Cinq, six, sept, huit, neuf. Elle ne pouvait plus compter, il pleuvait désormais dans les rues de Séoul et son camouflage disparait bien plus vite qu'il ne lui fallait pour atteindre la camionnette. Un regard se posa sur elle, avant de ne lâcher un gémissement immonde, se ruant sur sa personne. Elle ne distinguait pas grand chose, sa visibilité beaucoup trop réduite par l'obscurité et n'aurait donc su dire combien de morts vivants se trouvaient aux alentours du véhicule. Peu. Elle atteignait enfin la camionnette, jeta un regard derrière elle tout en tentant de se hisser sur le toit de celle-ci. " aidez moi, je-je vous en prie !" Il arrivait bien trop vite sur elle, ce n'était pas l'un des morts vivants qu'elle avait croisé auparavant, lui semblait bien plus rapide, bien plus affamé, bien plus fort. Plaquant son dos contre la camionnette, elle leva la main qui maintenait la clé à molette en l'air, prête à frapper, prête à se défendre, prête. Un coup, deux coups, trois coups, des éclaboussures. elle ne voit rien, elle frappe, encore et encore. puis elle le sent, elle sent les dents de cet animal s'enfoncer dans son avant bras, elle sent le cris qui tente de se frayer un chemin entre ses lèvres scellées, elle sent son dos heurter violemment le véhicule tandis qu'elle frappe encore et encore de sa main libre. Était-ce ainsi qu'elle était destiné à mourir ? Devenir un corps en décomposition à la recherche de viande fraîche ? Elle ne veut pas, elle ne laissera pas la transformation s'achever, une clé à molette c'est tout ce qu'elle avait pour mettre fin à ces jours, tout ce dont elle aurait besoin.


Plaza - 02h50.


-Ne réalise pas réellement qu'il s'agit de la réalité et non d'un cauchemar.
- se recouvre du sang et des boyaux d'un mort vivant qu'elle a précédemment tué à coup de molette.
- aperçoit le drapeau blanc et tente de rejoindre la camionnette
- il se met à pleuvoir, son camouflage disparait et un mort vivant de catégorie 2 se lance à sa poursuite.
- elle tente de se hisser sur la camionnette mais le mort vivant est trop rapide. N'a pas le temps de le tuer qu'elle se fait mordre à l'avant bras.



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t63-kim-min-jeong-shake-tha
HEY BABY, THIS IS
Invité
Invité
Mer 3 Juin - 12:48

VIRUS, the end of the

world is near ...




Ils s'étaient donc retrouvés tous deux dans la salle du restaurant, assez grande pour que les tables puissent être utilisées pour bloquer l'entrée vers les cuisines. Cela dit, ça n'avait pas l'air d'être l'idée principale de la jeune demoiselle qui m'accompagnait, c'est ainsi que je me retrouvais à bloquer moi-même comme un forcené la porte par laquelle nous étions sortis. Les zombies commençaient à prendre possession des lieux où nous avions campé un instant pour prendre des vivres alors que Ha Na se préoccupait plutôt de la façon d'échapper à cet endroit. Moi qui pensais que nous pourrions avoir un moment de répis, la demoiselle n'avait pas l'air de demander la même chose.

« Une table ! » criai-je alors pour lui indiquer que je ne tiendrai pas longtemps puisqu'en plus des zombies totalement débiles, des bouffeurs de cervelles avaient réussi également à entrer par la porte  qui menait au parking.

J'avais crié assez fort pour qu'après qu'elle eût tué le malheureux, elle exécute mes ordres rapidement, ramenant alors une table en la poussant. Alors qu'elle fonçait vers moi avec cette dernière, je pris de l'élan pour soulever le bas de mon corps qui se retrouva sur la table. J'étais donc accroupi et essayai de me reculer, mais la table à elle seule ne tiendrait pas longtemps. La jeune demoiselle, perspicace, arriva avec d'autres objets pour faire une montagne devant la porte. L'entrée principale avait été close, il ne manquait plus maintenant ma réponse concernant le moyen de nous échapper. Je descendis, en essayant de ne pas me blesser, afin de me retrouver à ses côtés, la hachette toujours en mains et le sac à dos accroché aux épaules.

« Et bien, même si mon Hummer pouvait faire des ravages, je pense qu'il est impossible de passer par les cuisines pour y retourner … J'espère simplement que les employés étaient sots pour la plupart et qu'ils laissaient un double des clés dans leur bagnole … Parce que je ne suis pas un voleur né. »

Ma phrase terminée, un grand coup se fit entendre là où les bricoles et la table avaient été déposées, je sursautai même avant de tourner la tête vers le bruit. Les bouffeurs de cervelles en avaient après nous, c'était sûr et ils étaient même affamés. Je n'allais pas attendre ici les bras croisés finalement, surtout que l'un d'eux cassa la vitre de la porte de la cuisine. Ha Na eût la même réaction que moi et commença à partir en direction de l'escalier qui nous mènerait au sous-sol. Personnellement, croyant autant que mon père l'était, je priai pour que nous ne croisions pas de nombreux zombies, mais surtout de nombreux mangeurs de cerveaux. Elle ouvrit une porte et là, je fûs heureux d'avoir pensé à prendre ma lampe torche  que je sortis de ma poche pour y voir plus clair. L'endroit semblait encore désert, pour l'instant. Nous marchions cependant lentement, restant sur nos gardes afin que le bruit que nous puissions faire ne les ameutent pas en bande.

« Vous savez quelle voiture pourrait nous être utile ? Vous travaillez ici, non ? » demandai-je tout en murmurant afin d'être sûr que je ne m'en allais pas dans un endroit inconnu.

De toute façon, je n'avais plus le choix. Ce dernier, je l'avais fait en la rencontrant en cuisine, plus question de se lâcher maintenant, je n'avais pas envie de me retrouver seul de nouveau en face de ces monstres et, malgré sa petite corpulence, elle avait l'air d'avoir du galon la p'tite. Bref, je ne fis que la suivre, jusqu'à rester planter à un moment en entendant un gémissement que j'aurais préféré ne pas entendre. Ma lampe torche à la main, je fis le tour de notre position et la lumière s'arrêta sur un zombie qui vagabondait seul … Enfin accompagné de son copain deux mètres plus loin. Ma gorge ne put que se serrer avant de faire signe à la demoiselle qu'il valait mieux s'en occuper maintenant plutôt que de les avoir en course par la suite derrière la bagnole. C'est dans des pas doux  que je m'approchai d'eux, je n'avais pas envie d'être remarqué, sauf à la dernière seconde. D'ailleurs, il se retourna uniquement lorsque je dus lui mettre ma hachette dans la tête et le bruit de la retombée du corps fit que l'autre marcha rapidement vers moi … D'ailleurs, le chien qui accompagnait Ha Na le comprit tellement vite qu'il réagit avant moi et me sauva des dents de ce débile. Pour être sûr de sa mort définitif, je fis quelques pas vers le cadavre puant avant de lui mettre un bon coup dans le front. J'eus du mal à retirer mon arme, ce qui me signalait qu'il était frais, enfin, fraîchement né.

« Je crois qu'il vaudrait mieux se dépêcher à trouver une voiture » m'exclamai-je en voyant la dureté de son cerveau, s'il n'était pas encore totalement mou, c'est qu'il devait y avoir des compagnons de route non loin qui avait eu ce pauvre homme.

D'ailleurs, je me rapprochai d'Ha Na rapidement, histoire de ne faire qu'un seul et même groupe. Je regardai en arrière alors qu'elle s'occupait de devant jusqu'à ce que nous arrivions à une voiture. Belle caisse qui pourrait faire bunker en même temps pour un peu de temps, du moins jusqu'à ce qu'on trouve un endroit où loger. Ni une, ni deux, je brandis ma hachette en l'air et frappai en bas du coffre, à son ouverture plusieurs fois. Nous eûmes de la chance, cette bagnole ne possèdait pas d'alarme. Une fois que j'eus frappé assez de fois pour que l'ouverture lâche, je priai Ha Na d'entrer en premier et le cabot la suivit également. Une fois les deux compagnons à l'intérieur, je rentrai à mon tour mais voilà que la question de fermeture du coffre vint me poser problème. J'avais totalement cassé ce qui était censé le maintenir fermé.

« Vous pouvez me passer votre soutien-gorge ? »

Je me retournai vers la demoiselle qui, sûrement, me fit des yeux d'incompréhension, imperceptibles dans le noir. Je me déplaçai alors pour faire face au dehors en regardant le coffre et tendit ma main en arrière.

« J'en ai besoin pour fermer le coffre, vous le récupérerez une fois qu'on aura trouvé un endroit tranquille dans le Sud. Y'a pleins de petites maisons par là, je suis sûr qu'on pourra s'en prendre une sans que ça dérange personne. »

J'attendis alors, la main tendue au plus proche de la demoiselle, espérant que sa compréhension ne lui fasse pas défaut car le temps tournait et je n'avais certainement pas envie de me retrouver bloqué dans une voiture entouré de morfales.


Résumé : Plazza -  Parking sous-terrain 01:24

- Ha Na et Ting Yu ont du quitter les cuisines,
- Ils sont dans la salle de restaurant, bloquant la porte qui mène à l'endroit premium où ils se sont rencontrés,
- Le Hummer de Ting Yu garé dans le parking extérieur est impossible d'accès,
- Ils ont trouvé une voiture dans le parking sous-terrain, en attente de fermeture du coffre fracassé par la hachette de Ting Yu





Revenir en haut Aller en bas
HEY BABY, THIS IS
Choi Ha Na
I LIVE : Seoul
WORK : actrice
I'M CRAZY ABOUT : Je le suis déja assez sans DC
HERE SINCE : 27/04/2015
MESSAGES : 320
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Sam 6 Juin - 22:51




 Mini Event - Virus, the end of the world is near 

Ha Na détestait tout de ces journées sans fin, elle avait l'impression de n'être plus rien qu'une machine, un corps qui fonctionne sans rien à l'intérieur. Son âme, elle avait l'impression d'avoir perdu celle-ci, mais où ? Elle n'en savait rien, elle était sûre par contre qu'elle n'arriverait jamais à passer au dessus de tout des morts. Elle pouvait être forte, mais supporter la mort de tous ses êtres chers, ça, elle ne le pourrait jamais. Souvent avant de s'endormir, Ha Na prenait le temps de rêver à la vie qui pourrait être la sienne si elle se décidait à choisir un chemin différent ou tout simplement à avoir plus de courage. Elle aimait ces petits moments délicats où le rêve côtoie la réalité sans pour autant l'atteindre. Depuis l'invasion, Ha Na ne rêvait plus, elle l'avait fait les premières heures, mais désormais elle n'avait plus le temps pour ça. D'ailleurs, elle ne se souvenait même pas de l'effet que ça lui procurait, de cette petite joie qui se promenait dans son cœur en imaginant une vie qu'elle désirait vraiment. Tout ça en à peine 72heures, elle avait déjà perdu tant en si peu d'heures, comment pourrait-elle continuer à faire face si à chaque seconde qui s'écoulait elle perdait un peu plus de ceux qui faisaient d'elle la personne qu'elle aimait être.

La demoiselle avait perdu le compte, elle ne savait pas depuis combien de temps elle était là. Debout dans cette grande salle, le regard perdu dans le vide, son arme baissée. Pendant un instant elle avait baissé sa garde. Elle aurait pu y passer, si un zombie était arrivé à un moment là, elle n'aurait tout simplement pas eu assez de temps pour réagir. Pourtant Ha Na était encore là, comme si pour une raison ou une autre, elle ne devait pas mourir, du moins pas encore. Ha Na aimait croire que chaque personne possédait les capacités de choisir son destin, maintenant elle en doutait, elle avait l'impression que quoi qu'elle fasse tout finirait mal. Aucune des options présentes ne l'intéressait. Mourir ? Elle préférait éviter ? Vivre sans sa famille et Dada ? Impensable. Que lui restait-il encore ? Recréer une vie si par miracle l'infection prenait fin ? Impossible aussi, elle n'en aurait pas la force, pas le courage.

Ha Na fut ramenée à la réalité par la voix masculine de Ting Yu. De cet homme, elle ne connaissait rien, si ce n'est que pour survivre, elle avait besoin de lui. Sans plus attendre, la demoiselle lui vint en aide. Elle joua quelques secondes avec l'idée de s'excuser avant d’abandonner cette possibilité. Comme si cela aurait un impact de toute manière. Si Ha Na avait pas mal changé depuis l'invasion, il y avait un point sur lequel elle demeurait la même. La jeune femme ne supportait pas d'être lâche dans le vide. Elle aimait savoir où elle allait, que tout soit clair, presque limpide. Difficile dans cette situation, mais elle n'allait pas passer 3 heures à attendre qu'il se décide. Ils se devaient d'agir vite, sans pour autant se précipiter, c'était un dosage difficile. Choisir la bonne solution, voilà qui était compliqué, mais y avait-il vraiment une solution meilleure que l'autre ? Le choix se faisait finalement plus en fonction des personnalités et Ha Na cherchait avant tout à fuir, voilà pourquoi elle voulait absolument se rendre au parking, pour essayer de partir de cet endroit totalement infesté de vermines.

« Les employés gardent les clés dans une pièce, il n'y a plus d'électricité avec un peu de chance elle sera accessible. Sinon et bien… J'ai quelques notions ». Elle avait un peu honte de l'avouer,mais elle avait réussi à apprendre quelques trucs avec son mécanicien qui venait régulièrement chez elle. De fils en aiguilles, sur un défi, il lui avait appris à démarrer une voiture sans clef. Une formation dont elle pensait ne jamais se servir. Finalement, ça risquait de lui être utile, comme quoi dans la vie, rien n'arrive par hasard.

Ha Na était inquiète, depuis son départ, elle n'avait croisé aucun survivant, si ce n'est son nouveau compagnon d'infortune. Cela signifiait-il que le reste avait été transformé ? Cette pensée la terrifia et elle ne put retenir une vague de frissons qui lui traversa l'échine. Sans perdre de temps, elle finit par s'avancer dans un couloir pour se rendre aux sous-sols. Imitant Ting Yu, Ha Na sortit sa lampe poche et referma un peu plus son emprise sur la laisse de son chien pour qu'il reste à ses pieds. Elle avait une peur bleue de le perdre. Pascal demeurait sur ses gardes, même s'il ne grognait pas, Ha Na sentait parfaitement toute la tension qui émanait de son chien et ça ne rassurait pas du tout.

« Non, je ne travaille pas ici, j'y ai passé du temps, je connais donc assez bien les lieux » laissa t'elle échapper dans un murmure tout en cherchant une voiture adaptée avec le faisceau de sa lampe.

Deux zombies… pour le moment ça allait encore. Ha Na plongea sa main dans le poil de son chien, une tendre caresse pour le remercier, il n'hésitait jamais et cette fois-ci ce n'était pas à Ha Na qu'il était venu en aide, comme quoi lui aussi semblait avoir compris l'enjeu de la survie de l'espèce humaine.

Dans toute cette pénombre difficile de trouver le local des clefs. Ha Na prit donc sur elle et laissa Ting Yu maître des opérations. Elle se glissa dans la voiture légèrement septique, fermer le coffre risquait en effet d'être un  problème. « Mon soutien-gorge ? Pourquoi ma petite culotte et mes bas ou ma nuisette ? » La jeune femme laissa échapper un râle. Bordel c'était les seules choses féminines qui lui restaient. Elle les avait achetés dans un but bien précis en plus et ce n'était sûrement pas pour fermer un coffre. D'un autre côté, il avait perdu son utilité première avec l'invasion. À l'origine, elle l'avait acheté pour faire plaisir à un certain Dae Hyun… enfin au cas où, parce que Ha Na était une fille prévoyante. « Rho puis tiens, de toute façon au point ou j'en suis ». Vêtue de plusieurs couches, Ha Na vira le tout. Franchement c'était bien la première fois de sa vie qu'elle montrait ses seins à un homme dans une voiture entourée de  zombies, même sans zombie d'ailleurs. Le pire c'est qu'elle ne se sentait même pas gênée. Après avoir retiré son soutien-gorge, elle le tendit à Ting Yu avant de se rhabiller. « Vu le peu de seins que j'ai, de toute manière ça ne changera rien » . Abandonnant le brun à sa réparation. Ha Na se glissa jusqu'au volant et plongea dessous. Elle porta sa lampe à la bouche avant de saisir celle-ci avec ses dents pour s'éclairer. Pascal avait naturellement choisi le siège passager et observait sa maîtresse. Il ne mit pas longtemps à aboyer frénétiquement. Quelques secondes plus tard, les zombies avaient encerclé la voiture. « Merde, Bordel pourquoi ça démarre pas ». Elle avait presque perdu espoir , quand enfin la voiture se mit en route. « Oh j'ai réussi » . Fière d'elle , la jeune femme se recula pour laisser la joie de conduire à Ting Yu. « Vas y, fonce ! » . C'était bien mieux comme ça, elle était nulle avec un volant en main et risquait fort de les accidenter. Autant donc, choisir la sécurité et laisser son coéquipier s'en charger.

Hotel Plazza ,1h53, Parking

- Ting Yu et Ha Na sont entourés de zombies
- Ha Na arrive enfin à démarrer la voiture
- Ting Yu prend le volant
- Ha Na a du dire adieu a son soutien-gorge tant aimé, un noir à dentelle, son préféré  


coded by NeverSky

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


J’ai vu cent paires d’yeux aujourd’hui, mais ma journée ne commence vraiment qu’en regardant dans les tiens…
© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HEY BABY, THIS IS
Invité
Invité
Lun 15 Juin - 18:14

VIRUS, the end of the

world is near ...




Les tapages sur la voiture allaient finir par casser une vitre de la bagnole volée par Ha Na et moi-même. Les zombies avaient sûrement entendu le démarrage de la voiture lorsque la demoiselle avait actionné les bons fils ensemble. Je sautai tel un cerf du coffre jusqu'à l'avant de la voiture pour reprendre la place de la jeune femme qui s'était elle-même reculée. La pédale que j'actionnai en premier fût celle de l'accélérateur puisque j'avais mis le pommeau au niveau du point de recul. D'accord, en attendant, j'avais sûrement écrasé deux ou trois zombis à l'arrière, mais ce n'était qu'un détail. Alors que j'acctionnai enfin les vitesses pour avancer, je voyais dans tous les rétroviseurs que les zombis n'attendaient pas pour venir se coller à notre protection faite de carrosserie. Seulement, je me disais dans ma tête qu'une fois sortis du parking, nous n'aurions plus qu'à foncer vers le Sud, trouver une maison et ne plus bouger jusqu'à ce que les autorités, les militaires et toutes les brigades possibles viennent nous délivrer de ce cauchemar. En attendant, dans le parking, je fonçai à vive allure jusqu'à ce que j'aperçoive droit devant que le portail en fer était fermé -et que bien sûr, on ne pouvait pas compter sur l'électricité pour nous aider-.

« Accrochez-vous ! » dis-je alors d'une voix forte pour que le chien, aussi, entende ce que je venais de dire même si, intérieurement, je savais parfaitement qu'il ne comprendrait rien. En tout cas, la jeune femme comprit et se fût le principal, le chien ne risquait presque rien, il était passé dans le coffre, les sièges arrière feraient tout pour éviter qu'il passe par le pare-brise avant.

Je fermai néanmoins les yeux, car je ne savais pas du tout si ce barrage de fer allait s'écraser sous le poids de la bagnole, ou si la bagnole allait nous lâcher sous le poids de la barrière qui nous faisait face. J'espérais, en tout cas, que la première solution était la bonne et que Bouddha se trouvait avec nous. Mon pied s'écrasa contre la pédale d'accélération et mes yeux, froncés, ne s'ouvrirent qu'une fois la porte en ferraille passée. Je ne pus m'empêcher de crier comme un taré. Fou de joie.

« Putain c'est trop génial ! Faudra remercier votre patron de ne pas avoir mis une porte blindée ! »

Je me mis à regarder la jeune femme tout en conduisant qui avait baissé les yeux. Sûrement que son patron n'était plus de ce monde, qu'elle l'avait vu, ou bien qu'elle s'en doutait parce qu'il était trop débile pour s'en sortir ? Bref, en tout cas, j'avais l'impression de faire une gourde et, pour qu'elle pense à autre chose, je ne pus que trouver un sujet de conversation concernant Pascal.

« Ca fait longtemps que vous avez ce chien qui vous suit comme un toutou bien dressé ? »

Son chien avait l'air d'être tout pour elle, je le regardais d'ailleurs par le rétroviseur intérieur afin de m'assurer qu'il allait bien, et lui aussi avait survécu. Alors qu'elle m'en parlait, j'esquivais les zombies qui étaient à l'extérieur à l'aide des feux de croisement. Ils s'affairaient tous à trouver de la nourriture et certains essayaient même de nous suivre jusqu'à ce qu'ils trouvent une autre proie pour leur petit-déjeuner. J'essayai de ne pas regarder où ils allaient pour ne pas voir plus de cadavres que ça.

« En tout cas, je lui dois une fière chandelle à votre chien. Il m'a limite sauvé alors que j'avais l'intention qu'il ne se blesse en aucun cas, vu à quel point vous y tenez. »

Je tournai la tête vers la jeune femme avant de lui sourire, pour l'apaiser sûrement, même si je mourrai de trouille à l'intérieur. Je n'avais jamais pensé me retrouver dans un tel scénario de film. C'était l'apocalypse complète dehors …

« Je suis arrivé il y a environ un mois, alors je ne sais pas vraiment la route exacte à prendre, étant copilote je pense que j'aurais besoin de votre aide. Je ne peux pas réellement regarder une carte et éviter les zombies qui s'accumulent devant la bagnole. Ils sont tellement nombreux... Tout le monde se balade avec une carte du pays dans la voiture alors … Elle doit être quelque part dans la voiture. »

Seulement voilà, la jeune femme avait apparemment prévu le coup puisqu'elle avait dans son sac à dos la fameuse carte du pays et je souris, limite un sourire rieur. J'étais avec une femme qui avait un cerveau. C'était magique.

« Je pense que le Sud a été moins dévasté que le Nord. De toute façon, vaut mieux ne pas s'aventurer vers la Corée du Nord, j'imagine que ça doit être un de leur complot, vu que j'ai bien compris qu'ils n'aimaient pas vraiment les Coréens du Sud, hein ? Guerre de merde ! »

J'avais pensé la dernière phrase à haute voix, mais vues les circonstances, je ne pense pas que c'était vraiment grave. D'ailleurs, Ha Na n'avait sûrement pas calculé le fait que je trouvais débile la guerre qu'ils se faisaient tous deux, pays uni qu'ils étaient auparavant.

« Vous connaissez un peu le pays ? Histoire qu'on ne roule pas pendant des heures sans savoir où aller? »


Résumé : Séoul -  Les rues 02:21

- Ha Na et Ting Yu sont sortis du parking du Plazza en défonçant la porte ferraillée du parking,
- Ils errent dans les rues de Séoul pour trouver leur chemin via une carte géographique du pays,
- Ting Yu a proposé de se diriger en voiture vers un village du Sud.



Revenir en haut Aller en bas
HEY BABY, THIS IS
Choi Ha Na
I LIVE : Seoul
WORK : actrice
I'M CRAZY ABOUT : Je le suis déja assez sans DC
HERE SINCE : 27/04/2015
MESSAGES : 320
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Jeu 2 Juil - 10:50




 Mini Event - Virus, the end of the world is near 


Elle n'avait jamais été courageuse, bien qu'un brin aventurière. Si elle avait toujours apprécié les sensations fortes, Ha Na n'en demeurait pas moins une jeune femme avec ses peurs et un monde infesté de zombies en faisait parti. À l'époque, quand elle regardait les films de science-fiction portant sur le sujet en compagnie de son frère, tous deux se voyaient dans les rôles de survivants. Maintenant qu'elle était en plein dedans, Ha Na trouvait ça beaucoup moins drôle. Son frère ? Elle n'avait pas cessé de l'appeler sur son téléphone en espérant pouvoir établir une communication, mais rien. Malgré tout ce qu'elle voyait dehors, toute cette désolation, au fond d'elle, la demoiselle espérait que son cadet ait eu assez de chance et d'intelligence pour trouver un lieu sécuritaire pour lui et sa fille. Si la chance lui souriait peut-être finirait-elle par les retrouver. Ha Na possédait encore son téléphone portable, comme si cela pouvait lui être d'une quelconque utilité. L'électricité n'était plus qu'un lointain souvenir, impossible donc de recharger la batterie et de toute manière avant que celle-ci ne lâche, le réseau s'était lui aussi fait la malle. Si Ha Na avait désiré garder son téléphone ce n'était donc pas pour la communication, mais pour tout ce qu'elle possédait à l'intérieur. Particulièrement ses photos. Son téléphone était un peu comme un livre de mémoire, chaque photo représentait un souvenir et elle en avait beaucoup. Car oui, la jeune femme appréciait la photographie. Si elle se promenait régulièrement en compagnie de son reflex, Ha Na savait aussi parfaitement bien utiliser son smartphone. Une fois de plus et cela malgré la tragédie qui se trouvait tout autour d'elle ou plutôt d'eux, elle n'était pas seule à ce moment précis. La demoiselle gardait tout de même un petit espoir. Qu'un jour le monde redeviendrait normal et qu'elle pourrait se souvenir de sa vie d'avant. Ce téléphone représentait donc un bien des plus précieux. A l'intérieur, toutes les personnes qu'elle aimait avait aimé , étaient présentes, chacune à leur façon et ça, elle ne pouvait pas se résoudre à l'abandonner. En fond d'écran, Dae Hyun trônait fièrement. Il était sûrement loin de s'en douter, mais la miss avait choisi une photo d'eux deux lors du tournage, un petit selfie qu'ils avaient pris après une bonne tranche de rigolade.

Il est toujours étonnant de remarquer à quel point l'on peut réfléchir vite dans des moments tragiques. Il ne s'était écoulé que quelques secondes depuis la prise en main du véhicule par le jeune homme qui faisait désormais route avec elle. Ha Na s'était recroquevillé sur son siège, éreinté. Même si elle se refusait de faire totalement confiance à cet étranger, elle lui accordait tout de même assez de crédit pour continuer la route avec elle. La demoiselle espérait même qu'il ne la largue pas sur le bas côté. Elle avait vécu toute seule bien trop longtemps et cela ne faisait que quelques jours. La présence humaine la rassurait, d'une certaine manière ça lui rappelait qu'elle n'était pas totalement morte et qu'il restait un espoir. S'ils étaient tous les deux en vie cela voulait dire que d'autres aussi. Ha Na espérait donc que dans « ces » autres figurent les personnes chères à son coeur.

Par réflexe, Ha Na cacha ses yeux lors de l'impact. Elle fut elle-même surprise de la facilité avec laquelle la voiture détruisit le portail, mais elle n'allait pas s'en plaindre. «  Ce n'était pas mon patron, mais je suis bien contente de la qualité de son portail » laissa t'elle échapper en se retournant pour voir l'énorme ouverture que la voiture avait laissée derrière elle. Sortir de l’hôtel était une étape rassurante, mais ils devaient sortir de la ville pour espérer respirer un peu plus.

Ha Na posa un regard tendre sur Pascal qui s'était désormais étendu sur la banquette arrière visiblement heureux de pouvoir goûter à un peu de repos. «  Ça va faire deux ans , je ne l'ai pas vraiment dressé, il s'occupe de moi, je m'occupe de lui, c'est réciproque. On essaie de se protéger l'un l'autre, pour l'instant ça nous a bien réussi, mais ça ne fait pas de mal de pouvoir parler avec quelqu'un d'autre que mon chien. » Ha Na avait repris une respiration proche de la normale. Elle scrutait la route, grimaçant à chaque zombie qui croisait leur route. « J'ai l'impression que ça s'empire, vous avez réussi à avoir des infos sur des zones sûres ? » Un lieu sécuritaire, voilà ce qu'elle recherchait, mais au fond d'elle, Ha Na connaissait déjà la réponse. « Il a dû se dire que c'était mieux de te sauver, pour éviter de passer sa vie à me protéger, à 3 on est plus fort qu'à deux » . Ha Na tentait de plaisanter à sa manière, mais ce n'était pas vraiment dans ses cordes pour le moment .

« Vous êtes tombé sur la bonne personne » Elle connaissait bien la ville, très bien même. Il lui était arrivé plusieurs fois d'être encerclé par les fans ou prise dans les embouteillages. Du coup, elle connaissait bien les rues annexes, celles qui étaient les moins fréquentées et donc celles qui en toute logique les sortiraient rapidement de la ville. « Prends la prochaine à droite » . Ha Na posa doucement son coude contre la vitre et déposa délicatement son menton dans la paume de sa main. « Je me permets de te tutoyer, après tout, je t'ai offert mon soutient gorge » La jeune femme regardait à travers les vitres, sa crainte était qu'ils finissent par devoir sortir pour prendre une autre voiture, mais pour le moment les routes étaient assez dégagées depuis qu'ils empruntaient le circuit secondaire. « Je connais un endroit perdu dans le sud, je pense qu'on pourrait y trouver refuge, c'est entouré d'une muraille » . Elle n'avait jamais pensé que son rôle d'actrice puisse lui venir en aide, mais sur ce coup là, c'était finalement un avantage. Quelques mois avant l’épidémie, elle avait tourné pour son drama dans une maison de campagne entourée d'un grand mur… Un lieu qui en toute logique était en mesure de les accueillir, encore fallait-il l'atteindre. « D'après ce que j'ai compris, la Corée du Nord semble être touchée, on dirait que le phénomène est mondial. Je crois qu'on ne peut compter que sur nous même, si on veut s'en sortir, ou tenter de survivre le plus longtemps possible. Il faut prendre la prochaine à droite, après le Starbucks »

Ha na détourna son regard de la route pour le poser sur son compagnon de voyage. Depuis le début, elle ne l'avait pas vraiment regardé. « Qu'est-ce qui vous a emmené en Corée ? Pour répondre à votre question, j'ai grandi à Séoul, j'ai pas mal bougé , donc je connais assez bien le coin, mais vu qu'on est jamais trop prudent, j'ai aussi pris une carte » Elle l'avait trouvé dans le hall de l’hôtel et ne s'était pas gênée pour la mettre dans son sac, elle avait toujours été prévoyante. D'une nature curieuse, la demoiselle était intriguée par cet homme dont elle ne connaissait rien, si ce n'est son nom. « Vous devez peut-être vous rendre dans un endroit particulier ? Des personnes qui vous attendent, un point de ralliement ? » Ils n'avaient pas encore abordé le sujet, mais peut-être que contrairement à elle, il avait des personnes à rejoindre ? Cela ne semblait pas vraiment être le cas, vu qu'il semblait surtout vouloir quitter la ville, mais Ha Na préférait demander et puis c'était aussi un moyen comme un autre pour entamer la conversation et elle n'était sûrement pas la plus douée à ce petit jeu. «  Si on ne se perd pas , si la route se passe bien, je pense que dans cinq heures on peut être arrivé à l'endroit que je connais. C'est une vieille maison reculée, entourée de mur protecteur, un lieu peu connu, mais pas facile d'accès, il faudra laisser la voiture et continuer à pied pendant environ   3 kilomètres... » Ce n'était pas la meilleure nouvelle, mais si ça pouvait les amener dans un endroit sûr.
[/color]
En plein Seoul sur le réseau secondaire 2h48.
Ils tentent de quitter la ville pour un endroit sûr dans le Sud.



coded by NeverSky


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


J’ai vu cent paires d’yeux aujourd’hui, mais ma journée ne commence vraiment qu’en regardant dans les tiens…
© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HEY BABY, THIS IS
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

(MINI EVENT) Virus, the end of the world is near

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mini-Event! || LES DENTS DE LAUREL
» Mitrailleuses Mini World
» Mini World Dolls
» [JAP] Porygon Event - 28 mai au 26 avril 2012 - Pokemon Black/White
» World Pokemon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SUCK MY KISS. :: #nawakorium. :: #ADIEU, MONDE SANS COEUR ✖ ARCHIVES. :: #LA FIN DES RPS ✖ RPS ENDING.-