AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'OUBLIEZ PAS LE RECENSEMENT MES LAPINS !!
N'OUBLIEZ PAS DE RECENSER VOTRE AVATAR DANS LE BOTTIN PLEASE.
LA 1ERE PHASE DE LA MAJ A ETE FAITE : VENEZ EN PARLER ICI.

Partagez | 
 

 All this bad blood here ; Won’t you let it dry? ft. Taejun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HEY BABY, THIS IS
Kim Joong Shi
I LIVE : Gwanak-gu
WORK : Majordome au Plazza
HERE SINCE : 22/04/2015
MESSAGES : 346
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Sam 16 Mai - 20:01



JOONGSHI & TAEJUN

Joongshi fixe le plafond de yeux distants et perdus, le soleil embrassant sa peau d'un baiser chaud, les iris brillants d'une incertitude lointaine. Allongé comme une étoile sur son lit, les bras et les jambes dénuées d'énergie et vêtu que d'un jogging et d'un débardeur blanc, l'esprit de Joongshi vaque et divague au loin, dans les coins sombres de ses pensées - et le froissement que ses sourcils font, courbant les traits éclairés de son visage, n'est que la preuve d'une torture interne et silencieuse.

Tic. Tac. L'horloge accrochée au mur compte les secondes, fracassant l'atmosphère d'un rythme saccadé et abrupt, d'un son normalement bien trop faible pour se battre contre le silence.

Le réveil sonne ; Joongshi laisse traîner sa main pour l'éteindre presque immédiatement, les yeux toujours rivés sur le plafond. Il soupire, une fois, deux fois, avant de se retirer de la couverture et de se retrouver assis sur son lit, le soleil sculptant son dos d'un rayon matinal. Il se frotte les yeux et pose ses lunettes sur son nez, avant de laisser son visage tomber entre ses mains. Il soupire encore, avant de se frotter le nez de l'index, et de laisser ses yeux se poser sur la photo sur sa table de chevet - lui, enfant, assis près de ses parents, sur un banc blanc. Joongshi fixe la photo, pendant un long moment, passant un doigt sur les bordures du cadre.

Tic. Tac. Sa respiration est forte.

Que faire lorsqu'on apprend que la vérité n'était que mensonges ?

Apprendre que l'homme qui sourit à ses côtés sur la photo - le mari de sa mère, celui qu'il pensait être son père - n'est pas son père biologique; apprendre une telle chose, est-ce une chose necessaire ? Est-ce une bonne chose ? Est-il important de connaître la vérité, au détriment d'un bonheur dans l'ignorance ? Devrait-il y chercher des réponses, ou laisser la question sans suite ?

Il ne suffisait que de quelques mots pour vous montrer à quel point il est facile de vivre dans l'ignorance. Des mots inoffensifs, devenus blessants. "Votre père n'est pas votre père biologique, monsieur." C'était suffisant pour fissurer le monde de Joongshi. Ce n'était pourtant qu'un examen médical de routine, lui qui voulait reprendre la boxe - mais cette fois, c'est Joongshi qui a été mis K.O. par un uppercut bien placé de cet adversaire constant appellé vie.

Joongshi se lève enfin, ses pieds le portant à sa salle de bain au carrelage froid. Il ouvre le cabinet et y sort sa brosse à dents, avant de refermer et de rencontrer son propre reflet dans le miroir.

Non, il demandait des réponses. Et il allait les avoir.


* * *

Kwak Junhyung. Le nom de son nouveau père. Ou était-ce père tout court ? Joongshi n'en savait rien. Il joue avec sa cravate par nervosité et souffle de sa main de la poussière imaginaire sur sa veste, se tenant debout devant un batîment dont il ne pensait jamais faire face. Un hôpital psychiatrique, il aurait préféré un meilleur endroit pour y trouver des réponses. Joongshi soupire, avant de se charger de sa bravoure habituelle et d'ouvrir les portes automatiques.

Les murs sont neutres, égorgés de vie et blancs cassés à en perdre vue jusqu'au plafond, lui aussi blanc, reflété dans le sol lisse et glissant. Un frisson susurre un baiser le long du dos de Joongshi. Il s'avance avec pas sûrs dans le hall, arrivant au comptoir, expliquant sa situation à l'hôtesse.

Ses recherches ne l'avait pas mené à son père biologique lui même, mais à sa femme, qui serait donc sa belle-mère, par logique. Joongshi avait vraiment encore du mal à digérer qu'il - et son frère jumeau mort - est le fils d'un autre. Confronter ses propres parents, avec qui il s'entend à merveille, était hors de question. Confronter son vrai père, cependant, était une toute autre idée. Il n'imaginait juste pas qu'il allait devoir faire un détour et rencontrer sa femme en premier, et encore moins dans un hôpital psychiatrique.

Un jeune homme en costume blanc le salue et l'accompagne jusqu'à la chambre. Joongshi se tient devant la porte, la main quelque peu tremblante, avant de tourner la poignée d'une force déterminée et ferme.

Tic. Tac. Dans cette pièce aussi, le son de l'horloge est roi.

"Excusez moi, bonjour ?" s'exprime t-il, refermant la porte derrière lui. La femme est allongée sur son lit. Elle n'a pas l'air très vieille, mais en même temps, son visage n'émet que fatigue et sentiments meurtris. Joongshi tire une chaise et se pose près du lit, remontant ses lunettes sur son nez du majeur. "Je me présente, Kim Joongshi, enchanté," dit-il, la voix adoucie et sure. "Vous ne me connaissez pas, et vous n'êtes pas obligée de répondre à mes questions, mais je cherche votre mari, un certain Kwak Jun-"

Joongshi ne peut finir sa phrase, coupé par la porte qui s'ouvre derrière lui - et par l'homme qui entre dans la pièce.

Tic. Tac.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le découpeur d'oreilles
" Le sourire qui illumine à présent le visage du jeune homme n’est pas sans raisons. Le majordome qui lui est assigné est un homme dans la vingtaine à l’allure charismatique et confiante. [...] C’est comme s’il avait oublié l’entièreté de ses soucis tandis que l’homme s’agitait en face de lui, se présentant et récitant à la perfection le petit discours qu’il servait probablement à chacun de ses hôtes. " ▬ Baek Yunho  ~ byendlesslove.


Dernière édition par Kim Joong Shi le Dim 31 Mai - 13:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t64-kim-joong-shi-burn-my-d
HEY BABY, THIS IS
Kwak Tae Jun
I LIVE : Jung-gu
WORK : graphiste&infographiste à la YW
HERE SINCE : 04/05/2015
MESSAGES : 32
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Dim 17 Mai - 3:00


JOONGSHI & TAEJUN



Le soleil règne en maitre sur la capitale et les rues grouillent de monde, vadrouillant gaiment, comme rendu frénétique par les rayons du soleil, comme pour profiter du temps. A quelques exceptions près bien entendu, il y en a qui n'ont pas le temps, qui n'ont jamais le temps. Un peu comme la ribambelle d'hommes cravatés et de femme tirées à quatre épingles qui courent plus qu'ils ne marchent. Probablement déjà en retard pour une dernière réunion. Il a finit le boulot depuis plus d'une heure maintenant et n'a pas vraiment de réunion de prévu et pourtant lui aussi court plus qu'il ne marche. Le boulot c'est fini pour aujourd'hui, mais sa journée est loin de toucher à sa fin, très loin. C'est une chose à laquelle il a été forcé de s'habituer et il est devient de plus en plus rare qu'il y réfléchisse réellement. C'est comme ça, c'est tout. Ce n'est pas comme s'il avait d'autres choix. Lorsqu'à peine majeur vous vous retrouvez à la tête d'une famille en éclat, vous pouvez choisir de fuir c'est vrai, mais encore faut il avoir la force de vivre avec ce choix. Il n'aurait jamais pu et c'est pour ça qu'à peine sorti de son lieu de travail, Tae Jun se lança dans la folle danse d'une vie qui court sans se retourner.

Tirant machinalement sur sa cravate, il observe presque frénétiquement les enfants qui passent en riant, en chantant. Il a à peine le temps de retirer sa veste de costume et de remonter les manches de sa chemise qu'un poids s'accroche à ses jambes en criant joyeusement. Il n'aurait jamais pu fuir, n'aurait certainement jamais su vivre sans ce petit rayon de soleil l'attrapant par la cravate pour l'obliger à se baisser et pouvoir déposer un baiser mouillé sur sa joue. Lorsqu'il l'attrape dans ses bras, elle glousse et il ne peut s'empêcher de sourire de plus belle. « Bonjour princesse !! Comment s'est passé ta journée ? » Une simple et courte question et à Tae Ran de lui conter ses aventures de la journée dans de grands gestes et éclats de joie et dieu ce que les enfants de 8 ans ont de choses à raconter. Des babillages qui ne stoppèrent que quelques instants, juste assez pour qu'une nouvelle demoiselle, plus âgée cette fois, n'ait droit elle aussi à son câlin et à un beau sourire. C'étaient elles ses rayons de soleil, jamais il n'aurait pu les abandonner. Quel genre de frère aurait-il été s'il l'avait fait ? Il n'aurait pas valu bien plus que son père.

Ce fut comme enchainer plusieurs journées en une. Entre le rendez-vous médical de Tae Ran pour son rappel de vaccin, les courses pour le repas de ce soir, le cours de danse, les ronchonnements grognon de la plus grande lorsqu'il lui fit comprendre qu'il n'était pas question d'aller dormir chez une amie en pleine semaine, les devoirs de la plus petite,... tant de chose à faire, tant de chose à penser et si peu de temps dans une journée. Et pourtant la petite famille a une petite routine bien huilée et ce si vaste programme fut bouclé tellement vite qu'il était même arrivé à l'hôpital avec un quart d'heure d'avance par rapport à l'heure à laquelle il venait d'habitude. Une petite victoire en soi, bien qu'elle ne fasse frémir personne, pas même lui. Le programme qui l'attendait là, entre les murs aseptisés de cette clinique était de loin le plus pénible qu'il aurait à mener aujourd'hui. Comme toujours il chipote machinalement sur sa cravate en prenant de profondes respirations, comme toujours ses traits sont tirés, presque fatiguée et comme toujours, lorsqu'il passera les portes des lieux, il affichera son fameux sourire emplit de douceur.

« Comment va-t-elle ? » demande-t-il d'une voix délicate à cette jeune infirmière dont il connaissait presque toutes les habitudes. Dont celle qui consiste à ingurgiter son poids en café latte. Son sourire est malicieux, légèrement charmeur lorsqu'il lui tend la tasse qu'il avait prit le temps d'aller chercher avant de venir et elle lui sourit en retour. « C'est un bon jour, elle a été de très bonne humeur toute la journée. Il me semble même l'avoir entendu chantonner ce matin. Cela dit, nous avons du modifier légèrement son traitement et elle se sentira probablement un peu assommée pendant plusieurs jours, le temps qu'elle s'y habitue. » S'il est inquiet et il l'est, il ne le laisse pas paraitre et remercie la demoiselle d'un hochement de tête poli. Il n'a pas le temps de faire trois pas. « Au fait, un jeune homme vient d'arriver et à demander à la voir, il est avec elle en ce moment. » Cette fois, difficile de dissimuler sa surprise. Un jeune homme ? Il était la seule personne qui rendait visite à sa mère depuis des années, bien qu'il espérait que Tae Hee ait déjà fait l'effort de venir la voir elle aussi.

En effet, la silhouette allongée de sa mère ne fut pas la seule qui l’accueillit lorsqu'il arriva dans la chambre et il resta un instant bête, coincée dans l'encadrement de la porte. Il n'avait pas la moindre idée de qui pouvait bien être ce jeune homme et à en croire par le manque de réaction de sa mère, elle non plus. Quoi que cela ne soit pas étonnant, il y avait des jours où elle peinait à le reconnaitre lui aussi. Lorsqu'il revint sur terre il fit quelques pas dans la pièce et ce fut machinal, il s'inclina gracieusement face au jeune homme lui faisant face, le gratifiant d'un bonjour poli. Sa voix sembla faire échos quelque part dans le brouillard dans lequel sa mère était plongée puisqu'elle tourna ses grands yeux bleus vers lui, l'expression vide le temps d'une demie seconde avant d'afficher un sourire faiblard, mais sincère. « Mon chéri. Tu es venu. » Comme quasiment tous les jours, mais il n'en fait pas la remarque et préfère s'approcher d'elle alors qu'elle tend les bras vers lui, l'invitant à la serrer contre lui. Il s'exécute machinalement, bien trop perturbé par la présence de l'inconnu à côté d'eux. Il aurait presque oublié le bouquet d'azalée qu'il tenait si sa mère n'avait pas joyeusement attrapé le dit bouquet pour le porter à son nez avec un gloussement à peine audible. Voilà qui l'occuperait quelques minutes et, pour une fois, c'était tant mieux parce qu'il avait une question à poser. En fait plusieurs. « Je peux vous aider ? » demanda-t-il à l'inconnu d'une voix douce, mais assurée, la moue sérieuse. Oh il aurait bien gueuler "qui es-tu ?", mais monsieur n'est pas dépourvu de manières, merci beaucoup.



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t339-kwak-tae-jun-hands-and-
HEY BABY, THIS IS
Kim Joong Shi
I LIVE : Gwanak-gu
WORK : Majordome au Plazza
HERE SINCE : 22/04/2015
MESSAGES : 346
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mar 19 Mai - 15:35



JOONGSHI & TAEJUN

Joongshi lève son visage, coupé dans sa phrase, par l'homme qui pénètre dans la pièce, visiblement surpris. Une atmosphère pesante et inconfortable s'installe comme un nuage flottant dans la pièce - avec l'horloge qui se moque presque de la situation avec ses tic et ses tacs. Joongshi sent un frisson lui caresser le dos par nervosité. Son regard croise celui de l'homme - et la puissance perçante du regard qu'il reçoit en retour le fige sur place. Le soleil se pose en lambeaux sur la peau du jeune homme. Joongshi le regarde de haut en bas furtivement, ne sachant pas s'il doit être intimidé par la prestance et le charisme qui se dégage de la petite stature mais droite de l'homme, ou s'il doit être fasciné de voir quelqu'un de si petit dégager autant d'autorité et de douceur à la fois. Sans se mentir, l'homme que Joongshi a en face de lui est bel homme, très bel homme, de son visage fin et de ses yeux foncés éclairés et puissants, à son nez droit et sa bouche fine, sans oublier ses cheveux parfaits et son costume deux pièces digne d'un défilé de chez Armani - non pas que Joongshi soit jaloux, il est parfait lui aussi, merci beaucoup. Mais ce n'est pas normal pour Joongshi d'être intimidé, encore moins par un homme plus petit que lui. Sans rien faire qui plus est, à part entrer dans une pièce, à un moment où Joongshi aimerait bien jeter l'éponge sans hésiter et sauter par dessus les filets du ring en toute rapidité.

Ou peut-être c'est parce que Joongshi se sent étranger, presque comme un alien, et peut-être qu'il ne devrait pas être là, surtout lorsqu'il voit que la vieille dame embrasse l'homme avec un amour attentrissant, et que Joongshi, lui, est assis maladroitement et presque honteusement dans une pièce privée où il ne devrait pas s'y trouver. Un manque de confiance bien rare de la part de Joongshi, bien trop rare - mais vu les circonstances, il veut bien se pardonner cette fois là.

Qui était cet homme ? Evidemment, la dame le connait, et malgré la sagesse et la maturité qui pouvait se voir à travers ces yeux aux cernes bien dissimulées par des couches de bbcream, l'homme était bien trop jeune pour être le père biologique de Joongshi - à vrai dire, peut-être qu'il est même plus jeune que Joongshi. Alors, serait-ce un ami ? Un frère ? Un cousin ? Un fils ?

... Un fils ?

... Donc un frère ?

Oh ... ?

C'est vrai qu'au moins, ils auraient tous les deux le gène parfait dans leur ADN. Ça, Joongshi ne serait pas contre.

Même s'il espère secrètement que ses recherches soient erronées et qu'il s'est trompé de personne, d'endroit et de jour.

En tout cas, Joongshi hésite.

Joongshi peut se lever, s'excuser parfaitement et partir et ne plus jamais revenir, revivre son parfait quotidien et oublier - ou plutôt enfermer dans un coffre fort dans un coin de sa tête avec  trois chaines et quatre cadenas - ce moment inconfortable et presque humiliant, espérer ne plus jamais croiser cet homme à la prestance parfaite dans son costume parfait et repartir mener sa propre vie parfaite dans son costume de majordome parfait - à lui - et faire comme si rien ne s'était parfaitement passé. Parfait, un plan parfait.

Pour fuir. Et Joongshi ne prend jamais la fuite. Non merci, plutôt mourir que d'être lâche face à d'adversité, surtout lorsqu'un combo gauche-droite avec un haymaker finisher était peut-être la solution du problème - en espérant que ce ne soit pas littéralement parlant.

Plus facile à dire qu'à faire. Cette satanée horloge qui hurlerait presque chaque seconde n'aide pas non plus. Mais Joongshi est un homme brave et honnête, qui ne recule devant rien et encore moins face à une vieille dame et un homme qui fait surement dix centimètres de moins que lui - oh l'ironie, à croire que tous les hommes qu'il croise ces temps ci ont tous la même taille, ou alors c'est juste lui qui est trop grand.

Alors, lorsque l'homme lui pose la question fatidique et logique d'une voix étonnement mélodieuse et plus aigue que Joongshi aurait supposé, Joongshi se lève et s'incline par respect - même s'il s'attendait plutôt à un "qui êtes vous et que faites vous là, j'appelle la sécurité immédiatement".

"Bonjour, je me présente, je suis Kim Joongshi," se présente t-il, d'un ton modéré mais sûr, le torse bombé, les lunettes bien remontées sur son nez et la cravate bien ajustée. Pas que Joongshi pense qu'il ne peut pas rivaliser avec l'aura cool de l'homme en face de lui, mais quand même, il se doit - à son propre égo - de se rassurer en imposant le fait qu'il est royal, lui aussi. L'horloge produit toujours son bruit ennuyant et stressant, et à chaque seconde, la goutte de transpiration qui coule doucement sur la tempe de Joongshi descend sur sa peau de quelques millimètres, un peu plus. "Je ne reste pas longtemps, rassurez vous," dit-il par politesse - ou en essayant d'apaiser la bête avant de la tuer, "Je cherche un certain Kwak Junhyung, et l'on m'a dit que vous êtes sa femme ?" questionne t-il, le regard dérivant sur la vieille dame. Elle a bien l'air perplexe, et Joongshi se demande bien, si elle avait toute sa tête ou non, ou s'il allait avoir des réponses à ses questions ou pas. Surement pas. "Ou peut-être, pourrions nous en parler en privé, monsieur... ?" suggère t-il, laissant peser un silence, voulant bien savoir le nom de l'homme avec qui il avait affaire. Peut-être que lui, aurait des réponses à ses mystères. "Je vous attendrai dans le couloir, excusez moi," continue t-il, marchant à travers la pièce, avant de se rapprocher de l'homme. "Je pense que c'est important," finit-il en chuchotant, avant de prendre la sortie avec politesse.

Non sans vouloir décrocher cette satanée horloge du mur et de la briser en mille morceaux en la jetant par la fenêtre. Si seulement.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le découpeur d'oreilles
" Le sourire qui illumine à présent le visage du jeune homme n’est pas sans raisons. Le majordome qui lui est assigné est un homme dans la vingtaine à l’allure charismatique et confiante. [...] C’est comme s’il avait oublié l’entièreté de ses soucis tandis que l’homme s’agitait en face de lui, se présentant et récitant à la perfection le petit discours qu’il servait probablement à chacun de ses hôtes. " ▬ Baek Yunho  ~ byendlesslove.


Dernière édition par Kim Joong Shi le Dim 31 Mai - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t64-kim-joong-shi-burn-my-d
HEY BABY, THIS IS
Kwak Tae Jun
I LIVE : Jung-gu
WORK : graphiste&infographiste à la YW
HERE SINCE : 04/05/2015
MESSAGES : 32
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mer 20 Mai - 1:25


JOONGSHI & TAEJUN




Une sensation étrange que celle qui lui vrille l'estomac. Dans cette pièce qu'il connait si bien Tae Jun se sent perdu et mal à l'aise, il n'avait plus ressentit ça depuis des années. Comme un instinct. Une petite présence muette qui tente de lui faire comprendre que cette situation étrange risque de lui filer entre les doigts avant même qu'il n'ait eu le temps de s'en rendre compte. Peut-être même lui a-t-elle filé entre les doigts dès qu'il fut entré. Les yeux maladroitement posés sur l'inconnu, Tae Jun cherche une explication, mais rien ne lui vient. Entre la veste impeccable, la cravate élégamment nouée et droite, les grandes lunettes et les traits presque poupons du jeune homme face à lui, il peine à comprendre ce que ce jeune homme fait là. Dans le grand schéma des choses ça n'a pourtant rien de si étrange. Venu rendre visite à sa mère, il fait la connaissance d'une nouvelle personne. Le seule problème étant, qu'en presque cinq ans, ça n'était jamais arrivé auparavant. S'il faisait partie de l'équipe médicale, Tae Jun l'aurait probablement déjà vu. Malgré lui, il se redressa subitement lorsque l'inconnu se leva. Ce type était grand, beaucoup trop grand, imposant même. Ou peut-être était-ce Tae Jun qui était trop petit. Certes il se savait plutôt court sur pattes pour un homme de son âge, mais ça ne l'avait jamais vraiment dérangé, n'avait jamais déclenché ce sentiment de faiblesse qu'on prête aux petites statures. Si cela lui avait parfois fait perdre sa confiance en lui, il ne s'en souvenait plus. Et pourtant c'était exactement ça qu'il ressentit tout d'un coup. Cloué sur place, dominé par une présence qui semble trop grande que pour avoir même conscience de l’existence de ceux qu'elle surpasse.

Tae Jun cherche encore à retrouver son calme et sa composition lorsque la voix grave de l'homme face à lui trouve échos dans le silence pesant de la pièce. Cette fois, s'il est impressionné, il n'en laisse rien paraitre et s'incline a son tour légèrement, plus par mécanisme, peut-être pour se donner quelque chose d'anodin à faire. Les bonnes manières voudraient qu'il se présente à son tour, mais il n'ouvre pas la bouche, conscient que s'il le faisait rien de bon n'en sortirait. Kim Joong Shi. Il avait beau chercher, il n'avait définitivement jamais rencontré cet homme et cela n'exacerba qu'un peu plus son malaise. Malgré tout, la voix de l'homme avait quelque chose de rassurant. Peut-être était-ce son ton poli et calme ou bien le fait qu'il possédait une voix chaude comme du chocolat coulant. Ou peut-être était-ce qu'il semblait un peu plus sur de lui qu'il ne l'avait semblé depuis que Tae Jun était entré dans la pièce. Le jeune infographiste se risqua à lui adresser un léger sourire, comme l'invitant à s'expliquer un peu plus. Ce qu'il fit et Tae Jun le regretta immédiatement. Son léger sourire disparu plus rapidement qu'une flaque d'eau en plein désert et ses traits se tendirent presque imperceptiblement. Sa colère refit surface à une vitesse alarmante et il serra les poings, tentant de garder son calme. Cela ferait pourtant bientôt huit ans. Ce n'était pas suffisant.

A côté de lui, il sent sa mère relever le visage du bouquet de fleurs qu'elle n'avait pas encore lâché et il n'a pas besoin de la regarder pour voir la perplexité flotter dans ses grands yeux bleus. En ce qui la concerne, Kwak Jun Hyung n'a jamais existé, et ne fut que moins encore son mari. Dans un bon jour, elle n'avait qu'un fils, dans les très bons jours, elle avait un fils et une fille, dans les jours merveilleux... il n'y avait plus eu de jours merveilleux depuis bien longtemps maintenant. Et puis, parmi ces rares moments, il y avait bon nombre de mauvais jours. Les jours où elle semblait retrouver la lucidité et perdre la tête en même temps. Déchirée par la mort d'un mari et d'un enfant et se battant pour se convaincre que tout ça n'avait jamais existé. Tae Jun fut reconnaissant que l'homme reprenne la parole avant que sa mère ou lui n'ait le temps de le faire, parce qu'il se sentait à deux doigts de perdre les pédales et certainement pas dans un état acceptable que pour expliquer à une femme rendue folle par le chagrin des choses qu'elle serait incapables de comprendre. D'autant plus reconnaissant que ce fameux Joong Shi propose de continuer cette conversation ailleurs. Tae Jun ne lui adresse qu'un hochement de tête un peu raide, trop pris dans ses émotions pour s'occuper des bonnes manières et donner son nom. Il ne peut détacher ses yeux de l'homme lorsque celui-ci traverse la pièce dans toute la splendeur de sa stature et ne maitrise que de justesse un sursaut lorsque ce dernier s'approche pour lui chuchoter deux trois mots. « Je vous rejoint. » Déclare-t-il d'un ton plus sec qu'il ne l'aurait voulu. Il n'était pas du genre à s'en prendre à des innocents lorsqu'il traversait des moments difficiles ou douloureux, mais son père avait cette faculté hors du commun de lui faire perdre ses manières. Il ne comptait pas s'en excuser, mais lorsque la porte se referma derrière Joong Shi et le laissa seul avec sa mère, un soupir lui échappa. Il n'avait même pas eu conscience d'avoir retenu son souffle et il prend soudainement conscience de son sang battant la chamade dans ses veines. Les yeux fermement clos, la tête baissée, Tae Jun se pince l'arrête du nez et tente de retrouver une respiration régulière et s'il y arrive finalement, sentant les doigts fins de sa mère venus se mêler aux siens, sa colère n'a pas disparu pour autant. « Je suis désolé, je crois qu'il s'est trompé d'endroit. Je reviens tout de suite. » annonce-t-il d'une voix incroyablement douce pour son état de nerfs. Il lance un sourire se voulant rassurant à sa mère et dépose un baiser sur son front avant de prendre une grande respiration et de sortir à son tour.

Sa résolution semble un instant vaciller lorsqu'il retrouve la silhouette de Joong Shi dans le couloir, mais cette fois, Tae Jun se reprend rapidement et c'est bien malgré lui qu'il s'adresse à l'homme d'une voix sèche. « Kwak Jun Hyung est mort. Je peux savoir ce que vous lui voulez ? » Voilà ce qu'on appelle un total manque de délicatesse, mais c'est plus fort que lui. Le souvenir même de son père le mettait en rage et il avait été content de ne plus avoir à en reparler depuis que toute cette histoire s'était tassée. Il avait presque oublié le goût amer que ce nom déposait sur sa langue. Presque. Mais tout lui était revenu si subitement que Joong Shi devait déjà s'assumer chanceux qu'il ne lui ait pas simplement gueulé dessus quand bien même il n'y était pour rien si la rancune avait la peau dure.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t339-kwak-tae-jun-hands-and-
HEY BABY, THIS IS
Kim Joong Shi
I LIVE : Gwanak-gu
WORK : Majordome au Plazza
HERE SINCE : 22/04/2015
MESSAGES : 346
avatar
HEY BABY, I'M A WARRIOR
Mer 27 Mai - 19:14



JOONGSHI & TAEJUN

Le dos collé sur le mur blanc et froid, lui faisant sentir un souffle froid le long de la colonne vertébrale, Joongshi attend. Il regarde le plafond, se présentant avec encore plus de blancheur et de froideur ; il regarde le sol vernis et luisant, reflétant encore plus de profondeur et de stupeur. Vide, vide comme une boite, où il serait confiné, où il ne sentirait rien de plus qu'une sensation de vide, curieusement mélangé en antibiose avec doutes, peurs, stress et anxièté. Toutes à la fois, le coeur saccadé dans un rythme abrupt.

Le moment précédant la montée dans le ring est d'une étrange similarité. Le coeur, transcendé par une multitude d'émotions bien trop compliquées, fusionnant avec tellement de facilité d'une façon presque irrationnelle tellement elles sont proches de l'antithèse, est poussé jusqu'au bout, embrasé par l'adrénaline et les craintes. Ce poids qui ronge Joongshi de l'interieur, le torse chaud, qui brûle et qui souffre presque des battements de son coeur qui crie à l'agonie parce qu'il essaie d'échapper à la situation - Joongshi connaît cette sensation que trop bien. Mais généralement, lorsqu'il traverse le couloir des vestiaires, serviette sur le épaules et le regard droit devant lui, arrivant au ring au bout du chemin, posant le pied sur le tapis, les gants noués et les dents serrées, Joongshi se laisse emporter par ses émotions et laisse son corps frapper. Ses craintes libérées, sa colère délivrée, son coeur soulagé - Joongshi s'affranchit de ses peurs et se tient droit, en position, devant ses peurs, prêt à asséner le coup fatal et en sortir vainqueur.

Sauf qu'il ne se tient pas en ce moment même dans l'allée des vestiaires, mais dans la blancheur sans fin d'une clinique psychiatrique. Un tout autre combat, non physique, mais mental. Une autre bataille, d'une autre manière - et Joongshi a déjà fait ses preuves niveau défaite dans ce domaine. Bien trop de fois.

Le boxeur essaie de garder la tête haute. Ce n'est pas parce qu'il est en terrain inconnu qu'il doit faiblir.

Mais pourquoi, alors, avait la sensation qu'il était en terrain interdit ?

Surtout lorsqu'il relève les yeux, et qu'il rencontrent ceux du jeune homme qui ferme la porte derrière lui. Des yeux qu'il pensait doux, maintenant bien différents, criblant Joongshi de courroux, d'une force d'émotion tellement forte que Joongshi sent presque son propre coeur lui tomber jusqu'aux genoux.

Et c'était bien la première fois, dans sa vie de combattant, que Joongshi ressent cette sensation.

Les mots du plus petit résonnent dans son esprit, d'abord comme étant durs, puis peu à peu, ils deviennent rugueux et coupants comme du papier de verre qu'on frotterait directement contre son torse, avant de devenir une cacophonie de bruits et de mots stridents qu'on répéterait une centaine de fois à en faire saigner ses grandes oreilles, aussi insupportable qu'une griffure d'ongles sur un tableau noir.

Son soi-disant père biologique est supposément mort. Soit. Il n'en attendait pas non plus des masses et s'était déjà fait à l'idée cela soit une possibilité.

Mais ce qui lui plante le coeur un million de fois, est la façon dont les traits fins qu'il pouvait presque qualifier d'apaisant et d'humble du visage de l'homme qui lui fait face se tordent par la hargne qui gronde à travers ses yeux, foudroyant Joongshi, les sourcils plissés et le regard intense, d'une alliance d'une cruelle froideur et d'une chaleur nourrie par une furie incandescente. Comme si, par quelques mots, par sa curiosité, par sa poursuite de réponses, par sa propre présence, il avait reussi à ré-ouvrir une plaie abondante qu'il n'avait en aucun cas le droit ni même la raison d'y toucher.

La honte. Le fait de vouloir se faire tout petit, de ne pas se faire remarquer, de prier être transparent ne serait-ce que pour un petit moment. Voilà ce que ressent Joongshi, lui qui a toujours été fier de lui-même. Et après la honte vient les regrets, et avec les regrets viennent la peine et la souffrance.

Joongshi ne sait pas quoi dire. Il sent que s'il ouvre la bouche, il balbutierait. Il sent que s'il tourne les talons, il s'en voudrait. Il sent que s'il s'excuse, il n'y aurait aucun sens. Il sent rien, et tout à la fois.

Alors Joongshi se décide d'y aller à sa façon. Avec franchise, honnêteté et sincérité. Il prend une bouffée d'air. Il n'est pas venu pour se battre. Ce n'était pas un ring, ce n'était pas une envolée d'énergie - c'est juste lui, et l'homme qui se tient en face, sans gants, sans rien.

"Je suis désolé," commence t-il avec la voix la plus douce qu'il puisse atteindre, essayant une ouverture simple et facile. "Je sais que je ne devrais pas être là, mais," prononce t-il ensuite, avalant une gorgée de salive, redoutant quand même les prochains mots qu'il allait délivrer. "Je viens d'apprendre que je suis son fils, son fils biologique," admet-il, espérant avec force qu'il n'était pas trop abrupt. Son coeur est chaud et la façon dont il bat en est douloureux. Il sort ses résultats d'examen médicaux de la poche interieure de sa veste et les tend à l'homme dont il ne connaissait toujours pas le nom. "Seok Jinju, c'est ma mère. Et donc, mon père..." laisse t-il planner, n'osant pas finir. "Celui que je pensais être mon père n'est pas mon père. Et je pensais que l'apprendre, était un signe que je devais chercher mon père biologique," continue t-il. "Mais je vois dans vos yeux que peut-être, ce n'était pas un signe, et que peut-être, je ne devrais pas être là," finit-il, le regard plein de remords se posant sur l'homme. "Désolé. Je... Hm... Je devrais partir."

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le découpeur d'oreilles
" Le sourire qui illumine à présent le visage du jeune homme n’est pas sans raisons. Le majordome qui lui est assigné est un homme dans la vingtaine à l’allure charismatique et confiante. [...] C’est comme s’il avait oublié l’entièreté de ses soucis tandis que l’homme s’agitait en face de lui, se présentant et récitant à la perfection le petit discours qu’il servait probablement à chacun de ses hôtes. " ▬ Baek Yunho  ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://su-mykissbaby.forumactif.org/t64-kim-joong-shi-burn-my-d
HEY BABY, THIS IS
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

All this bad blood here ; Won’t you let it dry? ft. Taejun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bleach 374 - Gray Wolf Red Blood Black Clothing White Bone
» Rise : Blood Hunter
» [40K Demon] Blood Slaughterer of Khorne
» Mon equipe de Blood Bowl
» Bleach 355 - Azul-Blood Splash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SUCK MY KISS. :: #seoul city. :: #JUNG-GU ✖ SUD.-